lundi 19 septembre 2016

9) Les pêcheurs Malgaches

Nouvelles d'un vazaha, chapitre 9: les pêcheurs malgaches
Ce matin, un peu de sport (eh oui, les tétons qui pointent, tu te souviens ?...) m'a donné un peu de matière: les pêcheurs.
C'est un ballet assez intéressant. Tout d'abord, il y a ceux qui pêchent au filet. Tu ne vois que la corde qui le retient, tirée par 3 ou 4 gars depuis la plage. Donc ça au début c'est un peu chiant, car si tu ne veux pas faire de détour, il faut sauter au dessus de la corde, qui doit être à 50 cm de hauteur. Pas grand chose me direz vous. Mais quand t'es sportif comme moi, avec une surcharge pondérale d'une dizaine de kg et les baloches qui font office de pendule à la réception, ça secoue un peu. Et faut préciser que si tu contourne les gars, tu te retrouve sur la zone fatidique du caca car c'est aussi ça Madagascar, ils chient sur la plage ! Bon au final, niveau pollution, ce n'est pas pire que nos déchets industriels. Mais t'as quand même l'impression d'être sur un champ de mine. L'avantage, c'est que tu te fais un entraînement à la Mark Landers, à faire un peu plus d'efforts pour affronter les obstacles et dans le sable, c'est bon pour moi.

Dès qu'on s'éloigne un peu, il n'y a plus d'étrons mais des pêcheurs en pirogue. Là ça devient encore plus intéressant. Le rituel est le suivant: les femmes accompagnent les hommes, eux portent le bateau sur l'épaule et elles ramènent des bassines d'une cinquantaine de litres. Quand les hommes font la mise à l'eau, t'as l'impression que les femmes font la prière: elles les accompagnent de sortent de petits cris et de saluts souriants, tel la bonne mère marseillaise qui encourage spirituellement, avec tous ses petits bateaux suspendus dans l'église, les marins au départ du voyage. Ensuite, le ou les pêcheurs, 2 max, taquinent de la vague. Ils sont là, avec leur petite pagaie, observent, reculent des fois, puis attaquent dès que la mer leur ouvre la voie. Tel un Rossi qui va attendre le petit trou de souris que va laisser échapper Marques, lequel va ensuite pleurer de s'être fait prendre à l'intérieur comme une merde... Mais revenons à nos pêcheurs: là où ça impose le respect, c'est quand tu voie la dite pirogue. En fait, ça ressemble à un simple tronc d'arbre dans lequel ils auraient creusé au milieu, d'une largeur de 2 petits culs malgaches (majeurs bien sûr, j'aime pas les pisseuses...) et d'une longueur d'environ 3 mètres. Très étroit donc, mais d'une parfaite adéquation entre efficacité et stabilité, c'est à dire capable d'affronter les vagues mais aussi de ramener suffisamment de poissons pour nourrir la famille et faire un peu d'argent avec le reste. Efficace donc et agréable à regarder, d'inspiration polynésienne. Certaines pirogues ont même une espèce de petit flotteur en bois sur le côté (juste un, jamais 2, je ne sais pas pourquoi...). Puis quand ils reviennent, les femmes les accueillent avec leur fameuse bassine, récoltent le poisson fraîchement pêché et font des va et vient sur la plage afin de les étaler ensuite au soleil. Et ça repart pour un tour, ainsi de suite.

Enfin, y a les boutres. Quand je nage un peu à mon point de demi tour, j'observe, la face au raz de l'eau, ces magnifiques bateaux qui me font penser au Black Pearl. La conception est simple: monocoque d'environ 3 mètres de large sur une dizaine de mètres en longueur, avec un ou 2 mats pour les voiles. Leur construction quand à elle est inspirée de constructions bretonnes paraît il, suite à la colonisation française. Ce qui est marrant, ce sont les voiles: certaines ressemblent à de grands draps mais pour ce qui pourrait être les plus pauvres, la voile consistent en plusieurs t shirts raccommodés. Ça fait un panaché de couleur et ça peut même raviver de vieux souvenirs, car tu peux y trouver aussi bien un maillot de l'équipe de France qu'un vieux LC Waikiki. Eux en général ramène du gros. J'ai déjà posté des photos, on est plutôt sur du requin ou d'autres races, j'ai vu à 2 reprises des engins d'au moins 1,50 m !

Voila j'espère vous avoir bien décrit la situation. Moi même n'étant pas forcément pêcheur ni un gros bouffeur de poisson, j'admire leur boulot et surtout leur façon de faire, leur rituel. Et puis quand tu vois ce qu'ils arrivent à pêcher avec les moyens qu'ils ont, chapeau.
Pour finir, il faut savoir que les pêcheurs sont essentiellement composé d'une ethnie qu'on appelle les "vezo" (prononcez Vèze). Madagascar est composée de 18 ethnies plus ou moins regroupées de manière géographiquement circulaire. Les Vezo sont le seul peuple le plus représenté sur l'ensemble de l'île, essentiellement sur les côtes et dont la souche est constituée des premiers colonisateurs, les austronésiens, c'est à dire venant essentiellement des îles indo-polynésiennes et ça date de plusieurs siècles. C'est un peuple relativement pacifique, il n'y a en général jamais d'histoires avec eux. Et puis les gosses sont mignons: quand je passe à côté d'eux, ils aiment crier "salut vazaha" à gorge déployée, contents de connaître un mot 1/2 de français ...
Bonne journée mes frenchies !

Messages les plus consultés

Archives de blog