samedi 16 septembre 2017

La pirogue à Dadou

Le vazaha 2017-9 : navigation à voile avec les malgaches
Ola
Comme promis, suite des aventures pour parler du navigateur malgache. Désolé ça fait beaucoup de lecture pour le week end mais c'est calme aujourd'hui, alors je profite.
Entre mes histoires de meuf (l'ex ne voulait pas faire du bateau) et le boulot, pas encore eu le temps de faire une virée sur l'Awam. Chose faite jeudi, je m'accorde une journée de repos, jour de congé de la miss.
Je ne gagne pas vraiment de pognon avec ce bateau et les ballades en mangrove. Mais je me suis remboursé l'achat et j'ai pu investir dans une voile. Et quel bonheur !
Vous avez vu la photo de mon Jack Sparrow ? Il est trop balèze. J'en avais déjà parlé, il y a une ethnie plus ou moins nomade qui vit au bord de l'eau et qui fait vivre Mada de la pêche en mer, les vezos (on prononce Vèze). Quand j'ai pris la pirogue, j'ai choisi un super capitaine, suis vraiment content de son boulot. Et son meilleur pote, Dédé, est vezo. C'est d'ailleurs lui qui m'a vendu la voile pour 150 000 ar (50€ environ). Vous avez vu le bateau, c'est une coque en bois avec un flotteur. La voile, c'est trois draps cousu entre eux, avec 3 mats taillés dans la masse (en fait juste 3 grosses branches sans les petites) et quelques cordes.
Je ne connaissais pas la voile, c'est vraiment génial. Pour capter le vent, le navigateur se met sur un mat à l'horizontal, pieds nus avec un super équilibre. Et à l'arrière y en a un autre qui dirige avec une espèce de grosse pagaie. Le 1er indique à l'autre quel cordage retendre ou détendre, il le fait d'une dizaine de centimètre et la voile se tend, le bateau bouge légèrement et ça accélère. Effet immédiat et d'une précision d'horlogerie suisse.
On devait naviguer à l'équivalent de 10-15 km/h je dirai, c'est pas mal.
En arrivant vers la plage de destination, j'avais envie de me baquer. Alors je me suis foutu à l'eau en m'accrochant au support du flotteur. Beh en fait, je me suis fait tiré comme une merde ! J'en avais le calbute au niveau du baducul ! Et ça tire le bordel. Alors j'ai lâché prise 😂
Restait peut être 500 mètres avant la plage, voulait finir à la nage. Je gueule comme un porc "c'est bon, ne faites pas 1/2 tour, je fini à la nage". Résultat, ils ont défait la voile et sont venus me chercher à la rame ! C'est gentil mais ils ne m'avaient pas compris. J'ai demandé à Tahina s'ils étaient pas blasés de devoir faire 1/2 tour, apparemment ils ont rigolé et euent pitié de moi en disant que la plage était trop loin. Ok, j'économise des bras.
Arrivés sur la plage, on débarque puis ils mettent le bateau derrière la barre de vague, avec un rocher encordé en guise d'ancre. J'adore.
Quand on est reparti, y avait un peu de houle. Tu te souviens ma sœur les petits moutons sur le dessus de l'eau à Marseille ? Moi j'ai souviendu, ça veut dire que ça va taper le cul. Pas loupé !
Déjà pour faire demi tour : on prend un peu le large mais faut retourner d'où kon vient. Et si j'ai bien compris, un vent du Nord pour aller au Nord, en voile c'est pas le top. Sont pas stressés les malgaches. On n'arrivait pas à faire demi tour mais ils étaient morts de rire, ils se chambraient. Puis on a demandé un gros pour aller sur le flotteur. Présent ! Putain, ça a basculé direct. La voile a tourné, le bateau s'est cambré, j'ai failli repartir à l'eau.
Y avait l'autre gars, le barreur de l'aller qui est resté en contre poids de l'autre côté du bateau. C'était vraiment sympa de voir son cul à 5 cms de l'eau dans un creux, puis à 2 mètres de haut la seconde d'après. J'aurai bien voulu être à sa place pour avoir les sensations. Mais faut l'équilibre que je n'ai pas. A un moment, le flotteur est bien sorti de l'eau, je pensait qu'on allait basculer. Puis non, petit coup de barre comme papa dans maman et ça se recouche. Excellent.
Avec la houle, par moment le flotteur se retrouvait immergé de 50 cm. Tu sens le bateau ralentir, les bois se tordrent là où tu te cramponne. Et faut dire que je la kiffe ma pirogue mais c'est une pirogue, 1 mètre de large sur 5 ou 6 de long, ça paraît fébrile. Mais elle n'a pas bronché.
Enfin, rentrée dans la mangrove de Morondava. Petites manipulation, le
bateau se met dans le sens des vagues rentrant dans la passe. Pratiquement plus de vent dans les oreilles, l'Awam surfe tranquillement sur les vagues.
Donc retour plutôt agréable en sensations, avec le Jack Sparrow en barreur qui siffle et rigole pour chasser les sorcières du canal du Mozambique, l'autre gars qui se fait balancer la clope au bec, et ta meuf qui pousse des petits cris à chaque fois qu'elle se prend une giclée dans la gueule ... Bon petit trip.
Et pour finir, la voile c'est énorme. Sentir les effets du vent sur ton bateau, en plus avec des navigateurs qui marchent sur le bateau comme ma femme sur mon dos, tout en délicatesse et sans tomber, c'est un beau spectacle. Cerise sur le gâteau avec un très léger déchaînement des conditions, juste assez pour donner des sensations sans déclencher la peur.
Voilà, c'est fini pour ce week end, merci de m'avoir suivi.
Bisous

Messages les plus consultés