vendredi 25 juillet 2008

Jalles vertes, Amazonie et bonne fête maman:


A Laurent, 
le magnifique des sablons, grâce à qui je ne me cogne plus dans les arbres.
Magudas.9H Peu de monde pour cette séance d’entraînement proposé par et sur les terres de Laurent à Magudas proche du site où a lieu la rando V.T.T éponymes des « Jalles Vertes ». Grosse actualité ce 25mai. L’éloignement, la météo, la fête des mamans, le grand prix de formule 1 ou le début de Rolland Garros......toutes bonnes raisons, mais s’il en est une qui soit la méconnaissance du terrain de jeu, voici matière à vous faire une opinion : Ellen, Patrick, Philippe. N de rouge vêtu et un petit, vieux, chauve et binoclard ont répondu oui à l’appel de la forêt et à l’invitation du maître des lieux. Le menu du jour, unique comme à la cantine, se compose de 1/2 heure de CàP, 2 h de V.T.T et 1/2 h de B§R. Passons sur la session course à pied qui, quelques soit le lieu, est toujours aussi........plaisante, l’intérêt de l’endroit est le parcours vélo : un single track comme son nom l’indique, mono trace, étroite, inaccessible aux « motorisés »donc pas d’ornières ni de saignées trop profondes. Pas de montée impossibles et raisonnablement vallonnée avec quelques liaisons sableuses, tassées par l’hygrométrie, compactés par les passages précédents pour relancer ou bien se refaire les poumons. La confiance en soi et surtout la confiance en celui qui précède est déterminante et, une fois enclenché le programme « je lâche rien », le tempo joué par Pat chef d'orchestre commentant les pièges et donnant les braquets, nous passons adagio, andante et presto subito. Là c’est une autre musique, et il y a du travail pour tous les sens : la vue pour l’analyse et les réflexes, de l’oreille interne pour l’équilibre, un bâillon pour taire l’instinct de conservation qui te souffle dans le centre de la raison : « tu vas mourir ». Ca défile sur le tourniquet comme à Monaco, malgré la visibilité bloquée par la roue arrière du meneur la coordination des gestes devient fluide, efficace et l’odorat hume l’humus et invente une odeur aux genets, l’oeil sélectif apprécie la lumière verte comme en Amazonie sans voir la jalle 15 mètres en contrebas, le guidon de quarante passe entre les arbres , pas celui de quarante deux : un pet à gauche, un pet à droite et sa passe en diagonale, avec un doigt de freinage pour faire pivoter l’arrière, la souchette saillante te vire de la trajectoire par un coup de raquette qui met le biclou à l’équerre, en sandwich entre un prince noir et un chaperon rouge je suis la tranche de jambon qui craint le petit pot de beurre. Pat et Laurent échange l’un son rôle de chef de meute contre celui de coach privé pour les premier tour de roue d’Ellen à V.T.T et ça repart comme après le « pace car ». Dans la roue de Lolo Ferrari, les arbres défilent comme au 14 juillet en beaucoup plus prés et je découvre le pédalage en continue, seul le frein, arrière de préférence, régule la vitesse, les jambes tournent, appui à droite, appui à gauche, flexion, extension, l’avant glisse, l’arrière vit sa vie mais « ça passe », coup d’épaule dans le bouleau trop prés, coup de boule dans les branches trop basses (ne pas oublier le casque) suivant le « boss » je récupère quelques miettes de son talent (merci, Laurent) et j’ai l’impression de "marcher sur l’eau"avec 2008 ans de retard sur l'illusionniste de Nazareth. Une pause. Gépado: Je tète, fêtes des mères oblige, au Camelbag de Laurent qui me donne des encouragements, de l’eau et du bonheur avant le bike and run final après le passage aux stands. Nous n’avons pas de notre coté de la Garonne un circuit aussi ludique et jouissif de pur pilotage. Alors........... La symphonie de Patrick, le tourniquet de Monaco, les coups de raquette de Roland Garros avec les couleurs de l’Amazonie, vous faites comme vous voulez, mais quand à moi je décerne la Palme d’or à Laurent pour le film du dimanche !

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés

Archives de blog