lundi 3 novembre 2008

Paul et Mick

Une petite "prise de tête" pendant mon absence, entamée sur l'excellent Blog d'un(e) certain(e?) Manu 
La Beauté, le nombre d'or et le talent.
Longtemps, on a été ébloui par la beauté sans savoir pourquoi. Pourtant la beauté se mesure. C'est affaire d'harmonie, d'équilibre et de proportion. Cela se mesure grâce au nombre d'or. Un rapport de 1 à 1.618 033 988 etc jusqu'à la 5000ème Décimales (Si!Si!). Il est présent dans les proportions du corps humain, l'homme de Vitruve de Léonard de Vinci et les courbes féminines (sauf Josette Boudin); En architecture, le Parthénon, la pyramide de Khéops; Dans la nature: tournesols, pommes de pins, coquillages, disposition des feuilles ou des pétales sur certaines plantes respectent la régle contenue dans la spirale d'or,. Même la prolifération des lapins n'est pas aléatoire mais se programme mathématiquement grâce à  la suite de Léonard de Pise dite  "Suite de Fibonacci". Et le talent  alors, comment mesure-t-on le talent? Le talent est parfaitement subjectif et certainement pas mesurable par le succès qui est soumis aux règles provisoires de la mode et de la versatilité du public. Le nombre d'artiste incompris de leur temps et devenus géniaux(et chers) par le simple effet du temps qui passe(donc de la mode) en sont autant d'exemples(apparté:"n'attendons pas que la mort nous trouve du talent"). On(?) m'objecte que le talent correspond à la faculté de réunir des adeptes autour de l'oeuvre d'un artiste, confondant ainsi notoriété, oeuvre et talent dans un glissement sémantique à la frontière du syllogisme. Dans cette hypothèse le talent serait éphémère, tandis que la notoriété est plus surement aléatoire et cyclique. L'oeuvre, elle, une fois reconnue en tant que telle, reste une valeur quasi-constante. En tout cas suffisamment sûre puisque les investisseurs s'y retrouvent comme dans un refuge.
A vous de faire!

3 commentaires:

emanu124 a dit…

Bon, je ne sais pas si mon premier long et ennuyeux com est passé.
Merci pour la citation en tous cas.
Si le com n'est pas passé, je le réecris ce soir....

emanu124 a dit…

Alors, je te disais donc..
Apparemment tout se mesurerait selon la suite de Fibonnacci et d'un.
Et de deux : pourrait-on m'expliquer cette suite, je mourrais moins bête..
Et de trois : si mon corps se mesure avec un théorème, alors le mathématicien, il devait être drôlement secoué.
Et de quatre : pourquoi Abba est-il devenu culte à l'épreuve du temps ?
Ca je crois que même Fibonnacci n'a pas la réponse.
Et ça c'est le théorème à Manu...
Méditez, peuple...

charivarii a dit…

ou l'art d'en boucher un coin :-)
quelle verve !

Messages les plus consultés

Archives de blog