mardi 29 septembre 2009

Ambivalence, oxymore et un peu d'herméneutique maispasque.

L'oreille cassée, symbole d'incompréhension: Tintin ne le sait pas. "-Là il va nous gonfler.
- non, il s'explique"
Bon, pour certaines je serais hermétique.
Pourtant, je ne suis pas étanche.
Tu ne les sens pas, mes émotions qui débordent?
Pour d'autres, et pas des moindres, "à force de chercher du sens on perd l'essence."
Oui!
Comme les essences en dendrologie, il y a, ici plusieurs sens aux sens. Limpide, non?
Par exemple quand j'écris (prochainement): ".......Un Volkov, un Khadra et un Reeves en cours de lecture au chevet du moribond, un Werber pour caler une armoire....."
Bon, légitimement tu penses:"Mépris pour cet auteur, il n'aime pas Werber"
Oui ET non. Il faut lire:" Grâce à Werber on est calé!"
Une façon de prendre du recul sur une oeuvre, parce que la béatitude admirative est inhibante.
"Sans travail le talent n'est qu'une sale manie"Werber c'est "cette capacité de travail est une manie presque un talent". Pas une seule phrase émouvante et belle dans ses livres. Un travail de tacheron de journaliste scientifique bien informé.
L'imagination? que nenni: La somme des connaissances, le recoupement des informations conduisent à une logique, une vraisemblance séduisante et possible. Donnez à n'importe quel ingénieux, un cahier des charges imposant un transport individuel abrité et autonome, il aboutira à la solution unique des quatre roues et un volant. Werber détricote les pull et avec cette laine en fait sa pelote.
Publié, légitime, respectable, utile, utilitaire . En cela indispensable par la richesse et la qualité des informations pour ... caler l'armoire de (nos) méconnaissances.
Ambivalence:
Quel sens donner aux textes écrits quand on étaient diariste à dix neuf ans, avant de sauter dans la vingtaine flamboyante ?
Je les retrouve, ces textes couleurs sépia, plein de pattes de mouches et d'encre violette et il me vont toujours comme un gant. J'aurai pu les écrire hier.
Est-ce à dire que je n'ai pas évolué? Sans doute!
Ou bien suis -je en conformité avec celui que j'étais? Peut être! Peu être
Ambivalence éternelle des idées immuables!
Révolution: revenir à son point de départ. Pas très révolutionnaire, mais c'est si bon de se re - trouver.
Oxymores:
Ces textes en sont truffés comme une bonne(?!) farce.
Le pire que j'ai commis récemment: "L'exhibition pudique" (de la blogosphère).
C'est plus concis que: "Cachés derrière des pseudo, nous donnons en pâture le plus intime de nous."mais un peu plus abscons. Limpide, non?
Le sens d'un mot ne suffit pas. Pour son harmonie il doit avoir les deux visages de Janus. Il doit contenir son yin et son yang et obéir à la loi de l'univers.
Indispensables oxymores.
Affronter la peur du bonheur.
Equilibrium!
L'Hermétique devient le Perméable. Lavé de sa gangue, issu du magma de l'en -dessous il devient cristal, trans - lucide, à facette.
Fin de l'herméneutique.
P.S: Lire l'excellent ouvrage de Louis-Jean Calvet et Jean Véronis "Les mots de Sarkozy"sur la technologie du langage.

12 commentaires:

emanu124 a dit…

Merci de nous avoir rappelé la définition d'oxymore ?

charivarii a dit…

c'est formidable, ici j'apprends plein de vocabulaire !

cela soulève tant de sujets de discussion que je ne sais pas quoi dire
comme toujours je reste en panne :-))
en tout cas je lis et relis avec beaucoup d'intérêt

dusportmaispasque a dit…

C'est pas gentil de se moquer, les filles.:-*

charivarii a dit…

il n'y avait pas trace de moquerie dans mon commentaire

j'ai découvert le sens du mot dendrologie
je ne connaissais que les dendrobates, petites grenouilles souvent toxiques;
en cherchant un peu j'ai découvert qu'elles savent en effet grimper aux arbres mais ne sont pas arboricoles
du coup j'ai donc appris que "dendron" signifiait arbre en grec

merci donc

pour le reste
Werber je ne connais pas
justement parce qu'il est "à succès"
et je me méfie toujours des livres à succès du moment
et puis j'aime pas lire ce que tout le monde lit
et puis j'ai déjà pas lu les classiques
alors ...

alors j'aime bien l'idée de ce bouquin qui cale (bien) les meubles :-)

ambivalence :
j'imagine l'individu comme un noyau dur qui est son être profond et qui vient de l'enfance, qui est déterminé ? par l'enfance
ensuite on passe sa vie à se fabriquer des couches de personnalités pour enfouir ce noyau
certain parviennent à force d'à force à l'étouffer, et d'autre essaie coute que coute de le laisser affleurer
voilà à quoi me fait penser ce chapitre
nous sommes à la fois en perpétuel devenir, donc autre et toujours intact tout au fond

jolie définition (par l'exemple) de l'oxymore
et j'aime les exemples parce que je suis fille du concret et ne suis pas intellectuelle

quant à l'herméneutique elle me laisse de glace (d'abord j'ai appris ce que cela veut dire)
c'est tout à fait ce qui me dépasse, ce pour quoi je ne suis pas faite :-))

dusportmaispasque a dit…

èh bé ça c'est du lourd!
-Le plus intéressant de Werber est justement un bide commercial: "les thanatonautes"
-On retrouve la racine "dendron" dans philodendron, amour des arbres et dans rhododendron. -L'herméneutique, on est d'accord, c'est l'étude des textes et, depuis l'apparition des logiciels spécifiques, elle permet d'analyser le discourt des politiques (technologie du langage). Passionnant,de quoi briser la glace mais peut-être pas pour une jeune fille en fleurs. ;-*

olga a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
dusportmaispasque a dit…

Je dépose ce jour une requête pour être remboursé par la sécu.(Dieu me savonne!Suis-je si difficile à décoder que ça?)

Chonchon a dit…

Hermétique, ce n'est pas forcément péjoratif. J'y vois la connotation ésotérique... Hermétique, alchimique, Hermès.

Quant à Werber... je suis d'accord avec toi. Mais on ne peut pas lire tout le temps QUE du très beau, très chiadé. J'aime aussi me distraire tout simplement, tranquillou. Alors je passe sans complexes de Alex Cessif à Maupassant, en passant par Proust, Werber et Stephen King.

Carole a dit…

j'adore apprendre des mots nouveaux
dendrologie : ah oui tient, je connais : rhododendron (l'arbre rose)
Herméneutique : de Mercure (Dieu de la parole). l'art de l'interprétation (tout est herméneutique dans la vie)
oxymore et ambivalence : l'un pour parler d'une figure de style, l'autre pour décrire un style de figure (ambivalence ambivalence est-ce que j'ai une gueule d'ambivalence ?)....

mabel a dit…

Moi aussi lorsque j'étais jeune je voulais devenir globe trotter...

dusportmaispasque a dit…

@Chonchon: Tu arrives trop tôt: comme symbole de "l'incompréhension" j'ai rajouté le fétiche à l'oreille cassée.C'est un clin d'oeil pour toi Broken ear,et je n'ai pas retenu la connotation péjorative "d'hermétique".Passer de Maupassant à Alex Cessif: félicitation pour ce grand écart.
@Carole:On passe par ici par curiosité, je te reçois avec bonheur. C'est ta seconde fois, je crois. C'est encore meilleur la deuxième fois. (j'espère que ce ne sera pas la seconde.)
@Mabel:??? serais-tu une erreur de ton plein gré indépendante de ma volonté?

mabel a dit…

C'est un peu ça, d'ailleurs si tu pouvais effacer cet idiot petit message ainsi que le lien auquel il est rattaché ! Merci

Messages les plus consultés

Archives de blog