mercredi 14 octobre 2009

Art & imposture.

Monochrome de blanc de Alain Posteur.
(Il en existe un "vrai" ici chez artoto une maitrise parfaite du noir autant que du blanc. Allez voir son "city blanc sur blanc"!)
La nuit est tombée sur "Respublica".
Respublica est un thème d'Evento," l'évènement" culturel du moment à Bordeaux.
Le vigile termine sa ronde. La camera de surveillance a fait le plein d'images.
Ce pourrait être un court métrage.
Il suffirait d'y apparenter une notoriété. L'affubler d'un auteur qui ne serait pas le hasard.
"le dernier Godard"ou "le testament de St Jean Luc"et les critiques disserteraient à l'envie sur l'itinéraire de l'acteur principal, "pourquoi à droite et pas à gauche", "pourquoi cent pas et pas cent un""que signifie ce demi-tour, une volte face,"ect..
Il y a une voiture accidentée sur la pelouse au pied de la "Foot Path": de l'art contemporain trouvé dans une casse et l'on s'interroge sur la forme de notre civilisation*.
Fumisterie?
Non!
L'art est spectacle, questionnement.
Le point de départ des idées juchées sur l'escabeau de la non-créativité, ou de la créativité c'est idem, qui lui fait la courte échelle.
Le premier photon de lumière apportant la prime connaissance dans le prime logement:
Un singe debout dans sa caverne, il y a fort longtemps du coté de Lascaux, a eu l'idée de reproduire en peintures rupestres "ce" qu'il chassait:
Communication; phase Un.
Il est devenu Homme (c'était sans doute une femme, parce que la sensibilité de lumière et de couleurs de la tribu des poils aux pattes, tu sais ce que j'en pense.)
Puis, le besoin de partager est venu, dissertant par grognement sur l'équilibre des proportions, les nuances, les volumes, créant des obligations de langage:
Communication; phase Deux.
L'humanité est passée par là.
L'humanité est passée par l'art!
C'est pour cela que je me garde de franchir les étapes de la critique vers le jugement qui finit parfois dans le dénigrement.
Regardant une toile, le passant incline la tête, recule de quelques pas, respire et voit.(à part Gilbert Montagné, encore que..)
Et vit.
L'art touche au vivant.
Les idées jaillissent. L'activité électrique du cerveau fabrique des connections nouvelles. Dans le nano monde autant de big bang, de nouvelles galaxies. Sur une, prise au "hasard" une planète bleu, monochrome de Klein. Pas trop prés de l'astre principal pour ne pas se bruler, pas trop loin pour la température propice. Puis un rendez-vous avec un atome de carbone, qui passe par là. L'éclosion de la vie, peut-être.
L'homme est une idée.
Un foisonnement ultime et divin.
Dieu regardant une oeuvre d'art d'un autre Dieu collègue et artiste.
* Je n'ai pas retenu le nom de "l'auteur" de cette créativité zéro.

5 commentaires:

charivarii a dit…

l'art, le propre de l'Homme ?

quant à ton monochrome blanc, il est un peu gris... sans doute une intention de l'artiste ;-)) pour faire parler les bavards, ou plutôt faire disserter les critiques :-))

c'est vrai que l'art contemporain (comptant pour rien comme dirait Gad)
me pose souvent beaucoup de questions sinon de problème et que le dénigrement n'est jamais bien loin de la critique
mais parfois je reste quand même très perplexe

joliment tourné ce texte fort intéressant
bonne journée

Myel a dit…

Juste une trace pour dire que cet écrit ouvre à la réflexion, qu'il m'a fait penser au film de Hulot et à celui de Yann Arthus Bertrand, à d'autres œuvres aussi auxquelles je ne comprends rien car je n'ai pas les codes !

charivarii a dit…

et nous ? :-))
on n'a pas droit à un petit mot ?

Thomas a dit…

Réponse:

je suis l'artiste du monochrome blanc city. Ma réalisation est vraiment une peinture blanc sur blanc d'une ville détruite, le gris est un effet dû à la prise de vue de mauvaise qualité.
Voila.

ARTOTO
http://artoto.artblog.fr/

dusportmaispasque a dit…

Voilà ta réponse, Charivarii, l'artiste en personne te réponds. Si tu ne l'as pas déjà fait, visite son blog!
La série"Landscape black and white"

Messages les plus consultés

Archives de blog