dimanche 8 novembre 2009

One more time*.

De plume et de sang. (variante versifiée de "Rencontre.....")
Elle est de plume et de sang
Son amoureuse épistolaire
Elle a de la plume, le talent
Il a fini par lui plaire
Elle a du sang, le courage et la fièvre
Lui son cas est réglé, simple et évident
Elle a des mots, la ferveur au bout des lèvres
Elle a du sang, la vie et l'envie
De mordre à pleines dents
Liberté OU solitude il a du choix, le dilemme
Affaire de conjonction de coordination
Liberté ET solitude il choisit celle qu'il aime
Du ver à l' étoile, la future intersection
Le calendrier compte les jours, énumère les saints
qui inexorablement le rapproche des siens
La rencontre est prévue sur terre
Elle y a consenti, généreuse, limpide et claire.
Déjà et enfin elle arrive à peine moins jolie
que Psyché, Vénus et Aphrodite
Et lui, plus encore éloigné d'Adonis
Mais la chose était sue puisqu'elle était dite
Il vit en l'apercevant tout à son émoi
une femme pour la première fois
Le choc des premiers pas, des naissances
des amours successives, idéalisées
Enfin et trop tard en découvrir l'essence
De sa quête infructueuse, jamais récompensée
Que l'espoir lui apporte, que le hasard amène
Dans sa tête encore, conservait son hymen
Il comprit in petto
Que de l'amour, sentiment allegro
Bien que croyant
N'en fut jamais pratiquant.
[interlude]
Deux sommeils antagonistes détachés
Puis le besoin à Elle, de s'approcher
Au coeur de la nuit, habiller sa nudité de ses mains
A la forme de ses seins
Pour quelques heures siens
Désormais, plus de place pour les larmes
Absence et présence, intimes, en harmonie
Le manque d'Elle vaincu par du souvenir, le charme
De chaque nuit blafarde fait une symphonie
Hier, de la rencontre d'une adulte et demi
Aujourd'hui, deux adultes accomplis
S'embrassent et se quittent
Cassiopée, Beltégeuse, Alpha du Centaure, météorites
Le voilà désormais dans la cour des grands
Inaccessible étoile, comme l'absinthe interdite
Orion, Comète de Halley, étoile filante et de passage
Elle reviendra, c'est d'Hermés le message.
Elle est de plumes et de sang.
Elle est joyau, ivresse, bonheur et il est son amant!
*à lire deux fois.

6 commentaires:

Myel a dit…

Palpitant, jusqu'à la chute et puis mon côté fleur bleue revoyait les images de ce film que je connais par coeur. !
Merci vous !

dusportmaispasque a dit…

@ Myel: Désolé, j'ai remplacé Meryl Streep par Lana Turner et "La route de Madison" par "Le facteur sonne toujours deux fois"plus en rapport avec le titre et le final du texte qui a changé aussi.

Myel a dit…

C'est pas grave ! ça m'obligera à revoir le facteur sonne toujours deux fois !

Carole a dit…

j'sais pas quoi dire... c'est beau et c'est.... troublant.

Dana a dit…

" Il vit une femme pour la première fois"...cela me rappelle un bouquin de Tahar Ben Jelloun , "le dernier amour est toujours le premier"... tu sais Alex que les étoiles ne sont jamais où elles brillent : )

K. a dit…

Mmmumm...All over again...

Messages les plus consultés

Archives de blog