dimanche 27 décembre 2009

Ne vous endormez pas avec Hitchcock*!

Andrew Wyeth: wind from the sea.
Tom à bien résisté au sommeil.
Les fenêtres virtuelles entr'ouvertes sur les pages numériques se sont refermées comme autant de paupières.
Au bout de ses lectures, refermant le livre comme on remise une béquille, la porte du sommeil s'est ouverte béante, laissant entrer le vent de la mer avec son cortège de spectres à faces de cauchemars.
La mère s'est retirée dans une vague sans ressac laissant un alevin sur le sable asséché. Il fallut au plus tôt trouver une flaque provisoire, puis creuser à en faire un lac de sept ans. La mer est revenue reprenant possession de ce poisson d'un mètre quatre vingt, parfois un peu requin sur les bords, pour lui apprendre à nager les premières brasses de la vie. Le pécheur inutile reprit ses filets, les raccommodât et partit vers d'autres rivages et d'autres péchés. Ensuite,il y eut ce toit où, d'une glissade sans fin sur les tuiles de vicissitudes, il se rattrapa in extrémis assoiffés de vie à la dalle en pente à boire l'alcool du labeur. Alors, il se mit à tourner d'ivresse et de réussite dans le bon sens des malades dociles avalant chaque matin une pilule rose et chaque soir une pilule bleue, jusqu'à cette lubie le faisant tourner à contre sens, l'excluant du cercle de l'entreprise et cette évasion sur le point de réussir quand le téléphone sonna.
Il sut instantanément qu'il n'y aurait "pas de printemps pour Marnie".
*avant de devenir des images ce furent des romans: " Marnie "de Winston Graham et "The House Of Dr. Edwardes", de Francis Beeding
Décodeur: Divorce; alcool; folie; maladie; chômage; espérance etc..... cherchez l'intrus!

5 commentaires:

emanu124 a dit…

Hitchcock, malgré son ancienneté.. Ca fout toujours les jetons.. C'est ça qui est bien..

stéphy a dit…

Très belle écriture comme à l'accoutumée...Les comparaisons et jeux de mots sont agréables. J'ai eu plaisir à te lire encore une fois, même si dans le fond, l'histoire est un peu triste. J'espère qu'un jour, Tom trouvera enfin la paix et pourra dormir sur ses deux oreilles.
Big kiss daddy

charivarii a dit…

très beau "la mère s'est retirée...la mer est revenue..."
j'ai adoré ce passage; une sorte de métaphore ? c'est comme ça qu'on dit ? presque une parabole
un beau moment d'écriture

dusportmaispasque a dit…

@Manu: Derrière une peur, toujours un frisson, un dés lisse et du fil(s) pour se raccommoder le corrazon.
@ma fillote: tu devrais passer plus souvent ma puce surtout pour me dire d'aussi tendres choses. Tom s'est consumé, il est devenu Al. C.serein ou presque.
@Charivarii: Métaphore et métalangage et puis A.C ne recule devant aucun jeu de mot.:-*

Bougrenette a dit…

ah j'aime tout particulièrement, surement l'effet visuel des mots, ils dessinent une histoire, enfin quelque chose comme ça pour moi. Mes salutation amicales au passage aussi.

Messages les plus consultés

Archives de blog