samedi 13 février 2010

Aprés l'amour.



Après l'amour, l'amour d'après: l'amitié?
Saint Valentin:
- 1) Saint patron des amoureux avec la complicité de St Eloi, saint patron des bijoutiers.
- 2) 14 Février 1929. Al Capone massacre le gang de Bugsy Moran à Chicago. Quel déconneur ce Al!
Lettre à........
Après quelques euros, ton psy te parlera du « temps physiologique » qui a travers l'image de ton corps que tu détestes avec acharnement, te causes tant de tourment. Il te faut accepter de rire, pleurer et jouir à voix haute en symbiose avec "le temps intelligent". C'est l'usage de notre politesse sociale de mettre du vernis sur nos émotions et nos besoins. On en arrive à perde ou couper le fil de la réalité. A l'origine du mal être il y a cette vérité que tu feins d'ignorer. Ou bien te trompes-tu avec obstination? Tu as jeté tant de bouteilles à la mer dont je n'étais qu'un destinataire aléatoire.Puisque le messager était convenable et potentiellement aimable autant que par défaut, tu as fait contre mauvaise fortune bon coeur, te leurrant avec sincérité et te jetant dans le précipice de notre rencontre. Cependant ton subconscient n'est pas dupe. Il déteste soudain ce corps qui restreint l'ambition de tes envies. Te voilà, aujourd'hui, et pour de mystérieuses raisons qui échappent à ma compréhension, dans l'identique démarche et la semblable posture où je t'avais trouvé et tu fais de ton insatisfaction une psychose.
J'ignore le stade étalonné de 1à4 de ton affection: Coquetterie, simulation, somatisation,
pathologie?
Pourtant, je constate à peine surpris la persistance paradoxale de tes appels au secours tout en déclamant ton incapacité à te dénuder devant celui que tu espères encore. Je trouve pour ma part charmant nos organismes génétiquement modifiés par le temps. Cette ride qui raconte nos rires, ce bourrelet mignon qui parle de tournedos Rossini et ravive nos bacchanales. Il semble que celui qui t'accepte telle que tu es ne suffit plus à ton exigence surtout s'il est l'écho géomètrique de ton apparence. Tu prends de la distance avec ce miroir que tu n'oses briser parce qu'il suggère un renoncement. De l'autre coté du miroir il y a Cocteau pour les uns et « Alice aux pays des merveilles »pour d'autres. L'accès supposé et probablement interdit au prochain inconnu et futur Hermès te terrorise et tu te replis sur toi avec les dommages collatéraux que provoque la perte de l'estime de soi. Le syndrome du « never happy » qui guette le bourgeois bien nourris. Je te livre mon ressenti qui te semblera excessif, déconnecté que nous sommes devenus. Ce qui te semble hyperbole m'est euphémisme et c' est aussi le signal du terme de notre tendre connivence. Je garde le « rayon vert » dans mon souvenir, ta belle écriture, ton sourire, ton visage harmonieux et ton esprit lumineux et qu'importe de qui vient la dérobade. Sans doute est-ce moi avec mon courage de fuyard devant celle qui rentre dans mon coeur par effraction et cherche la sortie par la porte de l'amitié.
Mes molécules se sont éloignées les unes des autres. Je ne suis plus rocaille, je suis une forme de dispersion de la matière vers encore une autre mutation.
J'aimerai dire au désert que tu deviens que je serai son sable mais il n'y a pas de place pour l'erg dans le reg.
Sans appétence pour l'ami tiéde, je ne suis capable que d'amour. Question de sur-vie, la vie d' au dessus. The end! "Les passantes. " Al C. Bordeaux, le 14 février 2010.

53 commentaires:

Myel a dit…

Quelques mots au début m'ont fait sursauter et puis j'ai lu cette lettre que d'autres auraient pu m'écrire. Tu ne t'adresses pas à moi...J'entends cependant la difficulté de ne pas être parfaite, à ses yeux plus encore qu'aux yeux de l'aimant. Concilier les deux regards serait s'accepter et rire du temps qui imprime de si belles rides. Accepter de renoncer à une image fait pour ne pas perdre le sens des bonheurs partagés.

dusportmaispasque a dit…

Cela s'adresse à qui y trouve ou retrouve sa trace.
Toutes nos histoires se ressemblent.

anaTene Fishturn a dit…

Dès lors qu'on a appris, bien appris, bien fouillé, lorgné, la lunette au ras du nez, le geste qu'il faut pour bien ré ajuster. Alors peut être on sait des choses. Encore qu'on peut se demander, quelles images, de sa vie, peut on bien y mettre, et quel oeil aurait pu voir, et non lu, cette dimension dont on a parlé. Mais qu'importe, pour certains, à tout but avoué, la manipulation est un jeu que je te conseillerais d'abandonner. Il est des territoires qu'on explore pas en explorant les autres, quand à défaut de preuve sur une théorie, par l'équivalence du senti on cherche à amasser.

Je ne suis pas sur, pour ma part, de te saluer.

Bien que je ne t'accuse pas d'écrire et de vivre sans émotion. Il en faut pour quelque part beaucoup, mais bien maîtrisée, pour avoir ton goût et ton rire de toute humanité.

Cependant, je persiste à penser : Il doit être un chemin vers la perte que tu as du abandonné, avec sagesse et goût pour la communauté.

Attention toutefois. Il y a des vérités.

dusportmaispasque a dit…

Cela m'aura servi à savoir que tu existes encore.
Je prend.
Et continue d'apprendre.
Merci.

Chonchon a dit…

Très joli texte, en effet. Je m'y retrouve moi aussi avec mes complexes, mes incertitudes, mes timidités...
J'adore le "syndrome du never happy chez le bourgeois bien nourri" !
C'est toujours ce que j'essaie de me dire quand j'ai le blues : MPR (méga problème de riche).

carole a dit…

c'est ce que j'aimerais dire à quelqu'un que je connais qui est entré et sorti de ma vie comme ça, comme tu le dis ! vraiment c'est son portrait craché :-) drôle de coïncidence !

colo a dit…

Plus j'avance en âge, plus je crois (pour ne pas dire je suis sûre) qu'aucun amour n'est durable s'il n'est intimement mêlé à une solide amitié. Parfois l'un domine, parfois l'autre; l'un soutient et fait durer l'autre.
Ya lo sé, no es exactamente el tema de tu escrito, pero es la reflexión que me ha inspirado.

dusportmaispasque a dit…

@ Chonchon:Du recul, toujours du recul.
@ Carole:Je le connais?
P.S:content de te revoir par ici bien qu'il m'ais fallu aller te chercher.On est d'accord: plus de retrait.
@ Colo: Pourquoi pas? le couple comme une symbiose de deux intelligences.
lo que escribo? una verdad vivida: el tema del amor y de la sexualidad sin el amor que se intenta hacer pasar por la amistad.No marcho por la combina.

? a dit…

On dirait que j'arrive après la bataille...

dusportmaispasque a dit…

Ou un poil tôt pour la relève.
J'aime les ruades comme Tistet Védène aime la mule (du pape)et moi les mules à Sion.
Toutefois,je ne remonte en selle qu'après cicatrisation.

? a dit…

Jolie plume!

? a dit…

PamperigouSte...ça fait rêver...

dusportmaispasque a dit…

ça me gave les spams.
@ Lucky star: ah Pampérigouste,fô pas confondre vengeance et justice mais des fois c'est bon l'auto défense mais juste dans les histoires d'amour (second degré bien sûr faut que tout cela reste sous contrôle).
Euh j'oubliai:le cache/cache j'ai arrêté à 8 ans et le mystère ne m'amuse pas au delà des 5 minutes.

? a dit…

T'es beau quand tu parles des étoiles !
Evelyne Délia

(*,*) a dit…

Ayé, tout est rentré dans l'ordre.
J'en ai eu la chair de poule!
Preuve que je ne suis pas un grain de blé hein!
Hein?...
Bon, je file

Anonyme a dit…

Mais que t'es compliqué.. Et c'est sans doute pour cela que j'aime tes écrits. Entre une lecture tendue vers les sens ou décontractée à juste écouter la musique des mots... faut choisir

Une passante qui n'est pas encore passée (MDR)

Véro

dusportmaispasque a dit…

@Véro: C'est vrai qu'il y a peut-être un peu trop de sens: L'unique, l'interdit, l'obligatoire.J'ai voulu un texte passe-partout ou chacun/chacune peut retrouver un segment plus ou moins long et plus ou moins commun de vérité.
Nous avons tous rencontré le vampire psycho affectif qui se reconstitue avec ton affection et repart vers d'autres aventures et plus souvent rentre au bercail. Dans ce cas je suis content d'être utile et de servir à la reconstitution des couples.La morale y trouve son compte.
Il y a aussi la catégorie des trous noir au sens spatial du terme.
Sous des postures "d'inaccessible étoile"entre étalage et racolage,elle attire et absorbe toute la lumière et l'énergie qui passe à sa portée,l'amour et le bonus de l'amitié, le jus et la pulpe du citron qui disparait dans le maelstom de l'énergie noire. Hubert Reeves remplace Jacques Brel. Rien ne sort de cet anti matière et le salut est dans la fuite.
ça tombe bien, c'est ma spécialité.
Le parano voit le manipulateur et le mentaliste voit le paranoïaque et ces deux malades qui aurait pu guérir ensemble protègent leur billes chacun persuadé de "la failure" du camp d'en face. Les deux escargots évadés rentrent dans leur coquille.
ça va pas bien loin, un escargot.
"aux sources de la connivence s'abreuvent les "jardins de la trahison"(S.P+aTF)
Merci Véro d'avoir fait avancer le Smilblick.Déjà écrit un texte prémonitoire:
dusportmaispasque.blogspot.com/2009/12/alin-connue-lettrea-55.html

Pénélope a dit…

Eh bien... pfiou!!!!!!!
je viens de lire ton dernier com.
C'est quelque chose !

:o)

end Quine a dit…

elles étaient bien tes lettres

dusportmaispasque a dit…

@ Pénélope: "un peu lourdingue peut-être" dit-il en forme de prolepse.
@ Quine/2010: t'as raison Quine, il vaut mieux être plusieurs pour être seule:
content de vous revoir, les filles.

pénélope a dit…

N'est-ce pas ! plus on est d'fous...

(*,*) a dit…

"avec sa bonne tête de gagnant et de prédateur de bonniches."
Merci pour le résumé du forum "Evaluer tue". C'est vrai que "le mentaliste" cartonne le mercredi soir sur TF1.
Je ne cesse d'être admirative devant cet acharnement, ce talent à se mettre dans la peau d'un tel connard pour constater les ravages de telles méthodes qui ne laissent en réalité aucun choix, aucune liberté sous prétexte que "toutes nos histoires se ressemblent".
Je lis "les fantasmes provoqués et leurs dangers" de Ferenczi qui dit: "A vrai dire, je cours le risque d'être comparé à Bileam(..?..), qui vint pour maudire les juifs-et qui les bénit" Ok, c'est bien, c'est bien, c'est très très bien d' @ETRE CHASSEE dans ce contexte pour Racolage sur la voie publique: Rien à dire...bon...
A propos de connivence et de trahison, il y a des correspondances auxquelles je n'ai bien sûr pas accès mais qui doivent être passionnantes. On me dit que l'amour des lettres me perdra...que trop, c'est trop. Je suis bien d'accord. Oui mais quelqu'un m'a dit...
Carla

(*,*) a dit…

Bong Bong Bong... c'est l'heure de la petite maison dans la prairie ! ça va sûrement m'aider à réfléchir. (C'est pas TF1 là)
Carla

dusportmaispasque a dit…

@Carla etc:Pour une fois que tu t'exprimes sur peu plus de deux lignes j'ai un peu de difficulté à emboiter ta cohérence, mais je repasserai pour apprécier ce grand écart entre TF one et Ferenczi.
Un mot toutefois: les termes "connard" et "maudire les juifs" me gênent en ce que je ne comprends pas ce qu'ils font par ici.Il y a des limites à l'anonymat, pas celles de la censure mais celles du bon sens.
Essaie les lettres d'amour plutôt que l'amour des lettres car à force de prétérition tu franchis le point Godwin sans t'en apercevoir.

(*,*) a dit…

C'est vrai? J'ai gagné un bon point? Merciiiiii!!!!!
Carla

(*,*) a dit…

Mais je reste modeste... je dois vous avouer que je n'ai aucun mérite à aimer la pizza, c'est "de structure..."
Pour la culpabilité, je repasserai donc.
L'apprentissage de la duplicité, d'accord. De là à être co-errant, faut pas exagérer non plus! Et la cloche alors?
Par contre, Il ne m'échappe pas qu'on parle bien mieux ici de ces fameux points, (qu'ils s'appellent Godwin ou raccourcis douteux)
http://velen.chez-alice.fr/bertin/policult/60.htm
Carla

(*,*) a dit…

RTT:
http://terrain.revues.org/index2972.html

"Quand les anges deviennent de bien mauvais messagers"

Table des matières:
-Les Ambassadeurs de Holbein
-Processions et réseaux
-Trahir ou traduire
-Représenter ou re-présenter
-Il n'y a plus d'abonné aux anges que vous avez demandés
-Il faut choisir ses représentants

" Mais allez, dites à ses disciples et spécialement à Pierre qu'il vous précède en Galilée ; c'est là que vous le verrez, selon ce qu'il vous a dit." 8 Et elles sortirent et s'enfuirent du tombeau, car tremblement et peur les avaient saisies. Et elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur... (Marc 16, 5-8). »

dusportmaispasque a dit…

@(*:*):Je n'ai pas trop envie d'écrire en ce moment mais je te dois une réponse en forme de copier/coller, sur "évaluer tue" d'un fragment de texte écrit récemment pour me sortir de la case où tu m'as rangé et t'inviter au raisonnement plutôt qu'aux syllogismes.
http://dusportmaispasque.blogspot.com/2010/01/lettre.html
Extrait:
"Et puis il y a ce tribu payé au démon de la vitesse de quelques millimètres de rotation de la poignée des gaz quand l'autoroute est déserte qui me propulse comme un missile de 130 à 230 avec l'illusion d'un pouvoir de réduction sur l'espace et le temps avec la dérisoire adhérence d'une savonnette dans une baignoire. De cette courte délinquance, dans ce monde qui fait d'un rebelle celui qui roule à 55 au lieu de 50 ou allume une clope dans un rade, je me souviens du service militaire pas très loin d'ici. Une rébellion d'un autre temps faite de désertions répétées à chaque permission dans la difficulté du retour à la caserne vers ma planque de secrétaire, moi et mon orthographe, où ma "valeur physique" comme disent les militaires, m'interdisait les sauts en parachute. Mon irresponsabilité quantifiée par l'armée qui mesure tout, me classa P4.
J'en sorti,après quelques mois de taule, réformé et ravi que mon inaptitude à tuer soit officialisée par des pros."
Pas si simple!
Pardon pour ce C/C mais Lundi soir j'aurai plus de temps.
En tout merci: tu es une mine d'or d'information.

(*,*) a dit…

Merci mais quel rapport entre l'esquisse de la marseillaise et Alain Prost? (Très beau témoignage par ailleurs. "Dusportmaispasque"; Le seul accessible, comme une vitrine des journées. J'ai bien aimé la comparaison entre le fauteuil de l'analyste et celui du sportif. Mais pas que.

dusportmaispasque a dit…

l'évaluation de la transgression. échelle de Beaufort:55/P4.
fais un effort, merde!je vais me pieuter tu me fatigue.

(*,*) a dit…

Oui bon, c'est le fauteuil de l'analysant. L'idée me plaît beaucoup moins d'un coup! P4 pour le sport d'accord mais pas pour la pommade quand même ! Je peux pas faire mieux là!

dusportmaispasque a dit…

P4 est une classification (militaire) concernant l'évaluation du mental.
P étant ici le psychisme et 4 l'échelon majeur de l'irresponsabilité, la mienne en l'occurrence.
Pour être complet parce que je t'aime bien et sans rentrer dans les détails misérabilistes:
L'armée considère comme irresponsable le gars planqué à la bibliothèque du 45 èmè RGA de Balma pendant les "évènements" du Larzac qui déserte pour finir l'éducation des frangins/frangines du père fuyard et de la maman hospitalisée.
L'irresponsabilité, c'est de n'avoir pas anticiper et constituer à temps un dossier de soutien de famille parce dans la case: "accordé" il faut six mois à un fonctionnaire pour faire une croix et l'histoire ne dit pas ce que deviennent les minots pendant ce temps. Mater dolorosa en CHS conclusion administrative: P4 avec une hérédité de gagnant.
Normalement là, tu ne devrais plus venir me polluer avec tes inférences à la noix.( tu le sens mon coté sombre là?)
Tant que nous sommes en dessous de la ceinture, une petite annonce à la lettre G: échangerai mon point de Gräfenberg contre point de Godwin cause double emploi, peu servi, état d'origine.

En étudiant les propositions qui ne manquerons pas tu pourra interrompre ton cycle de mutation de "l'étoile chanceuse" vers "la poule" en passant par "la mule" et "Lapeyre" car c'est par essoufflement génétique qu'un espèce disparait.
Ce serait dommage.

dusportmaispasque a dit…

@[*|*]: J'ai viré ton dernier(?!)copier/coller des paroles de "la Marseillaise" en version intégrale: Ce chant sanguinaire n'a rien à faire ici et ton dernier com totalement incompréhensible et pourtant j'y ai mis de la bonne volonté.
Avec les liens que tu m'as refilé j'ai du boulot.
Adios ?

(*,*) a dit…

Université populaire de la psychanalyse:
-Oui mais Lacan a dit que
-Ta gueule
-Bon

(*,*) a dit…

Dans le poème n° 20 Laozi se décrit, ou plutôt décrit le « saint », d’une manière qui pourrait s’appliquer à ce que dit Lacan :
Magie de la suggestion?
« Le monde est plein de gens brillants, moi seul je suis obscur.
Les gens sont clairvoyants, moi seul reste ahuri.
Aussi peu fixé que la mer je suis comme un vent qui jamais ne cesse.
Les hommes ont tous des affaires, moi seul suis borné et inculte.
Seul, je diffère des autres hommes en ce que je n’estime rien que de me nourrir de la mère parole. » (Laozi)

(*,*) a dit…

Piquez la !
http://www.psychanalyse-paris.com/Les-4-discours-Miller-Onfray-la.html

"(*,*)" a dit…

Retour au point de départ "... car il a rejeté l'être qui ne savait pas la cause de son fantasme, au moment même où enfin, ce savoir supposé, il l'est devenu."
:;?=;:,/+" (p254/55)

dusportmaispasque a dit…

[*|0]: "pulsion destructive et sadique" Sabina Spielrein.
"La destructivité comme cause du devenir" (1912), Sabina Spielrein entre Freud et Jung.
"combat contre le démon" Stephan Zweig.
un exomil et au lit.
Bise.

"(*,*)" a dit…

"Mais parfois on est contraint de faire quelque chose d’impardonnable à l’autre, juste pour pouvoir continuer à vivre." (dernière réplique de la pièce?)

"(*,*)" a dit…

"A ceci près, que l’impardonnable à l’autre étant toujours la victoire fugace et irréelle, mensongère, en leurre, de l’autre scène sur le désir d’authenticité, ce n’est jamais à personne d’autre qu’à soi qu’on le fait au demeurant et que de ce fait, l’autre, lui, ne s’en rapproche que davantage du point d’ancrage de et dans son être.
Autrement dit et au vu de tout ceci, n’est-on pas légitime à dire que l’impardonnable que tu m'infliges, il me grandit et il te perd ?… "
(Autre Scène et Désir de Vérité)

dusportmaispasque a dit…

Ce serait plus sympa que tu parles avec tes mots à toi plutôt que des copié/collé à n'en plus finir:
Nous commençons tous les deux à ressembler à des culturistes qui s'envoient des: "tu l'as vu ma culture?" et des: "et çui-là tu l'as lu? Le pendant des gars qui font de la gonflette devant leur miroir ou des gamins qui se poussent du coude dans la cour des primaires.
Deux monologues ne font pas un dialogue, mais je ne vais pas faire le difficile à moins que la finalité de tes interventions soit l'agacement plutôt que l'échange, la démonstration plutôt que le partage, la moquerie plutôt que l'humour? Des tropismes qui ne conduisent nulle part dans un ailleurs improbable.

"(*,*)" a dit…

Devant un diagnostic pareil, je ne vois pas ce qu'il y a à ajouter.
"pulsion destructive et sadique" donc; ça conduit où?

"(*,*)" a dit…

"Le combat est de toutes façons inégal, alors savoir ce qui serait plus sympa, hein..."

"(*,*)" a dit…

ça, c'est sympa par exemple:
"jour de merde
Trop de colère dans ma tristesse; c'est peut être plus sain, va savoir. Peut être un espoir de vivace là-dedans. Une colère, c'est une sortie; autant y voir une issue. J'ai peur quand c'est la tristesse qui gagne, je ne sais pas vraiment pourquoi. Je n'en reviens pas de la brutalité des choses. Encore. Comment peut-on se tromper jusqu'à se demander à quel point je t'invente. Ou bien combien tu m'as roulée dans la farine jusqu'à l'os. Que ce soit parce que je suis profondément limitée, après tout, c'est possible. C'est selon. Une histoire de point de vue. La faute à quoi, perso, je m'en fous juste totalement puisque le résultat est le même. Une chape d'oppression, des mots qui débordent de la cuvette avec bâtard et salaud en leit motiv idiot. Des mots que je dis jamais, je me contente de les écrire. Je n'ai jamais écrit qu'avec mon ventre, ma tête au grand complet, trop pleine pour élaborer. Un écrit digestif, en somme. Ce qui tue tout espoir, c'est que j'ai jamais su expliquer quoique ce soit du coeur, et j'ai jamais su dialoguer. Je suis une sorte de mammifère, ruminant pour parfaire le tableau. J'ai trop besoin de l'évidence. L'idée qu'il faille un plaidoyer pour être comprise, lever la main droite pour être entendue, argumenter pour culpabiliser, ça me rend parfaitement silencieuse. C'est dire si je suis fatiguée. C'est dire si c'est foutu pour ma gueule. Si je fais appel, je bêle et je rejoins le troupeau. Une histoire d'orgueil mal placé; la fierté de rester du côté de la vache. Le pire, c'est que je supporte pas plus la main tendue bien niaise, les coups d'éponge à la volée: je flaire l'entourloupe, le ta gueule implicite un peu comme les lapins sentent le renard. Un réflexe archaïque d'animal qui me fait tout rétracter. Bâtard de machiavel. Salaud de bourreau. Le pire, c'est juste que je supporte rien. Il me reste pas beaucoup de marge de manoeuvre quand je suis au pied du mur de mes limites et de ta connerie (et vice et versa). Je m'isole , et c'est mieux pour tout le monde. J'ai rien à dire, tout à gueuler. Je bois trop de café, une illusion de vigilance. Je plante crânement mon bonnet. Et je suis la première étonnée quand je pleure; une flaque de pluie qui fait miroir, un hérisson écrasé, la victoire de la droite et me voilà à chialer. J'étais plus forte avant. Pourtant, j'avais tellement peur. Quelque chose a ployé, un truc s'est affaissé. C'est dingue ce que j'ai changé. Je me sens stupide et douloureuse comme une rage de dents. J'attends qu'on me regrette, j'attends que l'on se barre , enfin. Deux putains de contradictions à rajouter à mon palmarès de névrosée. J'attends de toi et c'est ça qui me ruine. Je suis crédule quant à notre unité. et je sais bien que je me leurre, que c'est moi la seule vivante là dedans. J'ai des preuves. Et ca sera comme d'habitude, la lassitude de tenir bon, ce désintérêt pour ma propre carcasse qui fait que je finis toujours par me trouver sordide de tant me souvenir, l'absence de corps. Ce n'est pas tant le sexe qui me manque, mais j'ai rien trouvé de mieux pour me sentir exister. Et puis cette tranquillité que j'espère, ce besoin primate d'être rassurée, et ce machin qui fout tout le temps tout en l'air: ma foi en ton humanité."
http://desordonnee.blogspirit.com/archive/2010/02/22/jour-de-merde.html

"(*,*)" a dit…

ça aussi c'est "sympa":

"Nonante-cinquième jour - 7.2.



Je le craignais et il l’a fait, il m’a piqué mon titre. L’avenir est bien sombre désormais.

7.2 - La retraite de Russie "

etc.....


http://theolone.canalblog.com/archives/p70-20.html

"(*,*)" a dit…

Pendant ce temps là....

http://www.patrickfraselle.be/Cabinet_Divan_Freud.jpg

dusportmaispasque a dit…

Ce (ton?) texte du blog: " http://desordonnee.blogspirit.com/archive/2010/02/22/jour-de-merde.html"(copier/coller?!) est superbement bien écrit et je n'ai pas eu le temps de lire les autres mais il y a de la matière et de la belle matière.
Leur présence ici et leur présentation façon show room est assez tendancieuse puisque il ont été écrit ailleurs, et par on ne sait qui (avec cette manie du recyclage!) et laisse entendre à mes "lecteurs" que l'on se connait ce qui n'est pas le cas.
Je les garde en raison de leur qualité d'écriture en regrettant ta démarche toxique. Cela me change de la version intégrale de la "Marseillaise"
Je n'ai pas encore visité le :
"http://theolone.canalblog.com/archives/p70-20.html"
Take a touch.
Peut-être aurais-je un jour l'honneur d'un inédit?

"(*,*)" a dit…

Pour l'inédit, demande à Abraham:
http://abraham.hautetfort.com/
"Bible - Genèse chap. 19 :
Et le châtiment divin tomba sur Sodome, tandis que la femme de Loth, originaire de Sodome se retourna pour voir ce qui arrivait aux membres de sa famille restés dans la ville. Elle fut alors transformée en statue de sel. Et l'on peut voir encore aujourd'hui un curieux rocher au bord de la Mer Morte qui ressemble à une femme en fuite et que les arabes ont nommé " la femme de Loth. "

dusportmaispasque a dit…

Putain! toi tu dois prendre ton pied en lisant une notice Ikea.

Pour Sodome c'est rigolo:Samedi j'ai tenté de voir "le rayon vert" du coté de Lacanau, non pas Lacan, L.A.C.A.N.A.U mais plus au sud vers St Girons (40)

Comme il pleuvait j'ai pris ma moto.Comme il grêlait j'ai roulé au ralenti sur la bande d'arrêt d'urgence (ça pique, la grêle). Avec cette peur de femme de Loth de ce qui se passe à l'arrière, une trouille que tu ressent dans la salle d'attente du proctologue.Je ne me suis pas retourné. Je n'ai pas été changé en statue de sel. Je n'ai pas vu le rayon vert. Plafond trop bas. Pas de ciel. Pas de soleil. Pas de soleil, pas d'orgasme entre la lumière et l'eau.
Allez comme je t'aime bien.....
extrait:http://dusportmaispasque.blogspot.com/2009/04/ne-pas-suivre-le-lapin-blanc.html
"La ville assoupie subit l'ondée de Novembre. Des tourbillons venteux font des embruns pénétrants jusqu'aux os.
L'étrange inconnu relève le col de son Burberry's en tournant à l'angle de la Vieille Tour et arrondit les épaules sous la Porte Dijeaux. L'homme sans cou s'éloigne entre les pages d'un Léo Malet un blues de Jonas dans la tête
Atmosphère polar à 4 heures du matin. La ville déserte est un spectacle de la couleur de son humeur.
Le boulanger de la rue Brochon n'a plus rien à pétrir mais tout à décongeler. L'escroc embauchera dans deux heures. Un soupirail soupire sans autre alternative, un clodo profite de sa chaleur gratuite.
L'ertsatz de Nestor Burma pense au petit lapin blanc de tout à l'heure et à l'annonce que lui a faite Miranda:
Miranda demain se marie. Pour l'heure, elle gémit. Ses cheveux font des volutes entre ses épaules et coulent sur l'oreiller. La tête dans le traversin, accroupie les genoux sur les coussins dans une posture pornographique de grenouille stéatopyge offrant, au centre de la cible, une bague intime à son doigt sans ongle au pays de Sodome sans Gomorrhe.
C'est son cadeau d'adieu. Elle ranima de sa bouche sa raideur fléchissant à l'accueil de cette nouvelle doublement douloureuse et il lui fallu deux traits de coke pour retrouver l'indispensable rigidité."
Al C. "Les passantes" Bordeaux le 23 Avril 09.

"(*,*)" a dit…

Autre notice de lapin blanc (le temps de lire la tienne)
http://bb-danger.blogspot.com/2009/09/mojos-gone.html

"(*,*)" a dit…

"...(comme tu m'aimes bien)..."

dusportmaispasque a dit…

@[°|°]:
Ayé, je t'ai trouvée. Sans vraiment te chercher un peu comme quand on marche dedans.
Bon,je ne vais pas pouvoir rester jouer avec toi, faut que j'aille nourrir la bête.

Anonyme a dit…

Hi,

I am new here..First post to just say hi to all community.

Thanks

Messages les plus consultés

Archives de blog