mardi 22 juin 2010

illusionniste et voleur de temps.

Voir ce film à la beauté désuète et au graphisme soigné, entre celui de Disney des "Aristochats"et le monde D'Hergé de "l'ile noire", n'est pas à proprement parlé du temps perdu, mais j'ai ressenti devant ce morne défilé d'images sans paroles une vague impression empreinte de snobisme, un ennui complaisant en souvenir du Tati de "Jour de fête" et de "Traffic": Tati sera toujours Tati et la patine du temps n'y change rien.
Toutefois, un humour tendre et délicat étire parfois nos lèvres d'un sourire léger comme la mélancolie tandis que nos mains se cherchent, se trouvent et se caressent dans la pénombre de la salle obscure.
Sans dialogue, la poésie des images est cependant affadie par quelques onomatopées inutiles.
Sans surprise et silencieux reposant jusqu'à la lassitude, le récit de cet "Illusionniste" artiste déchu, démodé, généreux et désabusé progresse lentement comme le train dans la nuit d'un film d'Hitchkock.
C'est chiant comme la beauté et ça permet de tester sa concentration et sa résistance au sommeil.
Comme il est dit à la fin: "les magiciens n'existent pas!"
La magie du Sylvain Chomet des "triplettes de Belleville" non plus.

11 commentaires:

cathiminie a dit…

pas besoin d'aller voir ce film pour tester ma résistance au sommeil. Je n'en ai aucune en ce moment.Vivement les vacances!!! Si le film de ta précédente "critique" est toujours à l'affiche dans la région bordelaise pendant mes vacances j'irai le voir en cas de pluie.(mais pleut il en Aquitaine en juillet? Non j'espère?) Ici il n'est déjà plus à l'affiche ou trop loin pour que j'ai envie de faire 3/4 d'heure de route pour le visionner. je serai dans le bordelais entre le 10 et le 13 ou 14 juillet,me reste plus qu'à trouver le bon camping pas trop surpeuplé et à mi chemin entre mer, campagne et ville.

dusportmaispasque a dit…

On a une chambre d'amie, si ça te branche!la mer à 45 minutes. La campagne?1/4 d'heure.
Le film est encore à l'affiche mais d'ici le 10, je ne sais pas.

colo a dit…

C'est triste à pleurer, mais la contemplation de la beauté, même d'elle, nous lasse. Preuve irréfutable de notre ingratitude penses-tu?
Un beso.

NB: Tu sais quel mot je dois recopier plus bas?
"thatie", ça ne s'invente pas!!!

Chonchon a dit…

Pff... c'est bien ce que je craignais. Le dessin animé poétiquement snob, ça me gonfle. Des trucs de Parisiens des beaux quartiers...

Carole a dit…

bon, si ce moment à permis de se caresser les mains dans l'ombre, effectivement ce n'est pas du temps perdu. Je suis une banlieusarde des moches quartiers mais j'aime bien les films poétiques ennuyeux : peut-être que je suis snob après tout ???! mais j'assume à fond :-)

dusportmaispasque a dit…

@ Colo: J'aime bien cette idée: l'ingratitude face à la beauté.
Un indicateur qui ne trompe pas: le film est annoncé pour un public enfantin hors, les mioches bougent et se cassent avant la fin.
NB:Je vais supprimer cette procédure pleine de tropismes.
à Chonchon: houlà Chonchon pas de sectarisme, je les aime moi "mes" parisiennes.
Ceci dit on sent que la créativité de Chaumet a été bridé par l'intégrisme de Sophie Tatichef.
M'enfin le film a le mérite d'exister.
@Carole: Bien vu Carole: j'ai pécho euh pardon, j'ai fait une belle rencontre que je savoure dans l'obscurité et le sombre coté de mon âme en friche, mais j'assume de plus en plus.Bientôt je "la" sors à la lumière.
et non tu n'es pas snob. Le film est beau, mais chiant, mais beau, mais chiant....
Je suis resté jusqu'à la fin ce qui démontre que la fille à mon bras a calmé la bête.

Myel a dit…

Comme je ne prends pas le temps de lire tous les commentaires de tous les films qui sortent, j'aime bien que tu fasses le testeur... C'est quoi le prochain qui se laissera voir ?

dusportmaispasque a dit…

à Myel: "Inception" sans doute le Cas Prio (Léonardo)qui me rapelle un truc sur le thème"mais que ce passe-t-il quand je rêve?" écrit a long time ago : http://dusportmaispasque.blogspot.com/2009/06/sdf-ours-23-nuit.html

dusportmaispasque a dit…

Oup's: Je viens de m'apercevoir que dans la réponse à Chonchon j'ai orthographié "Chomet" comme le "Chaumet" bijoutier de son état, place Vendôme.
Est-ce à dire que ce film est un joyau, beau, mais chiant,mais beau, mais chiant, mais beau......?

Mrs K a dit…

M'enfin, c'est beau ou chiant ou les deux ?
Pffff ! moi qui croyais trouver la lumière en lisant ton billet...

dusportmaispasque a dit…

@Mrs K:tu cherches un guide? Une main à tenir dans l'obscurité?
Je comprends ton désarroi.
Nan! j'déconne.
Tu as certainement parfois, et surtout regardant Tati, une tendresse béate pour une scène, une situation gentiment ironique, sa vision un peu critique de nos travers et aussi une sensation d'ennui devant un gag capillo-tracté euh tiré par les cheveux.Assise au bord d'une rivière regarder le fil de l'eau se déroulant au fil du temps et pendant ce temps il y a des caddies à remplir.
J'ai quand à moi une culpabilité quand je cède au repos et m'abandonne à la "mollesse" douce et nécessaire de la détente.Une impression de "lâcher prise".
Alors , oui il y a une ingratitude devant la contemplation de la beauté, comme le dit si bien Colo.
On s'ennui en compagnie d'icelle qui représente la forme de la perfection, inaccessible et élitiste.Le rayon vert* Lui, (e t luit) par la surprise de sa beauté sublime et fugace recèle une parcelle de vérité.
C'est beau, mais c'est chiant! En même temps c'est beau, mais c'.......
je sens que j'ai bien éclairé ta lanterne, non ?
Bise Miziss, j'ai aimé ton livre, beau mais pas chiant ;-*
* Pardon à celles qui savent et pour ceux qui ne savent pas: l'instant où le soleil rencontre la mer a l'instant du coucher selon la lumière et la météo le phénomène optique se produit ou pas en un fugitif éclat vert. Rare, rapide, inaperçu à celui qui regarde ailleurs....ou n'aime pas le vert.

Messages les plus consultés

Archives de blog