mardi 8 juin 2010

"La tête en friche"

Texte final:Click
"- vous êtes un fumiste!"
J'ai senti mon oreille s'envoler et j'ai tenté de l'accompagner dans la douleur en me mettant sur la pointe des pieds.
C'est le vouvoiement qui m'a surpris tout autant que l'arrachage d'oreille: Je suis dans la cour des grands et je viens de faire connaissance avec le prof principal de ma future sixième.
Longtemps je l'ai cru, M. Moreau. Il a une calvitie qui lui donne un air sévère, des lunettes cerclée de métal doré et une petite moustache à la Hitler très impressionnante pour mes dix ans. Donc il a raison: je suis un fumiste et le reste de ma vie scolaire et d'ado, je me suis longtemps interrogé sur la vrai nature de mes actes et, derrière mes envies légitimes d'être aimé, je me soupçonnais des besoins obscurs et vils. Car si M.Moreau l' a dit après m'avoir observé cinq minutes dans la cour de récré et dans mon jeu de lancer de boule de neige où j'avais remporté par la ruse une innocente victoire, cela devenait une vérité immuable. Je me suis senti longtemps sournois et manipulateur puisque Sa majesté l'autorité professorale l'avait décrété.Mauvaise rencontre donc, et aiguillage faussé pour entrer dans le secondaire.
Personnellement ce sont les scènes,  rares mais déterminantes, de la scolarité sabotée de Germain qui m'ont émues, déterrant le cadavre enfouis dans ma mémoire de ma relation asymètrique avec l'école où j'ai subi  les vacheries de M.Moreau jusqu'à  ma désertion.

Mais je déteste parler de moi, alors parlons du film!

    Il y a beaucoup d'autres thèmes dans ce film de Becker construit autour de cet enfant malmené: 
  •  le  bébé non désiré accident d'une rencontre au bal du XIV Juillet 
  • L' enfance sans amour auprès d'une mère célibataire aigrie
  • la bêtise grégaire des petits camarades de cour de recré en plus du prof sadique. 
  • l'intersection entre la culture et l'illettrisme
C'est bien la mauvaise rencontre de l'enfant Depardieu avec le prof Laspalés qui a ravivé en moi cette douleur ancienne et la résurgence de cette sinistre trace dont je ne me servirai pas pour faire un procès injuste à l'éducation nationale et ses formatages. L'innocence curieuse servant de souffre douleur à un Maître indigne reste marginale et chaque profession a ses  brebis galeuses. Chacun trouvera dans ce film sensible et juste une raison de s'émouvoir notamment de la soif de culture de Germain/Depardieu épanchée à la source gracieuse de  l'érudition littéraire de Margueritte*/ Gisèle Casadessus et à son amitié. De l'enfance en jachère à l'adulte en friche tardivement cultivé, Germain  déchiffre les lettres récoltant de ces semailles comme un regain après la fenaison et devient un spécialiste de Camus  (Il faut dire qu'il revient de loin, le Germain: il confondait  Guy de Maupassant avec le guide Michelin)
Un film en général et un Becker en particulier trouve le chemin de l'émotion, grâce à l'humanité simple (ne lis pas: simpliste.) de ce roman de Marie-Sabine Roger filmé par JB et dialogué par Jean Loup Dabadie.

Le texte en voix off sur le générique de fin est superbe.

Version courte: va le voir... et l'écouter!
* laisse: les deux T de MargueriTTe sont une erreur commise  volontairement dans le film. Je recopie bêtement sans  en avoir compris l'utilité.

18 commentaires:

Cathiminie a dit…

Jolie critique d'un film que je ne verrai surement pas. Je rate toujours la sortie des films que j'ai envie de voir et après j'oublie leur titre et je ne sais plus quoi louer comme dvd. c'est grave docteur? De plus Depardieu m'agace dans ses outrances de jeu d'acteur! mais je lirais bien le roman. J'ai eu un prof de math qui se moquait sans cesse de moi devant toute la classe,moi petite fille rondouillette qui disait, sûre d'elle, vouloir être pharmacienne ou médecin "ah oui mademoiselle comme ça vous pourrez manger des médicaments et des boules de gomme toute la journée ou passer votre temps à bavarder avec vos clients au lieu de les soigner" j'en fus meurtrie mais serais ce grâce à lui que j'exerce un métier où je parle peu, écoute beaucoup, que j'ai suivi un enseignement restreint en pharmacologie et physiologie, et que j'adore faire la cuisine et surtout la manger entourée d'ami(e)s. Va savoir? par contre les maths rentrent d'une oreille, remuent méninges et ressortent sans laisser de traces. même les tables dont je ne connais que la musique mais pas les paroles!;-)

sable du temps a dit…

la tête en friche m'a laissé le coeur en vrac...

dusportmaispasque a dit…

@Cat': Je suis content de te re-lire.
Essaie d'aller le voir! Les scènes avec Depardieu ne sont pas du tout surjouées et Depardieu ne fait pas que du Depardieu. Tous les seconds rôle sont excellent de Patrick Bouchitey à Jef Stevenin, Mauranne....
et Laspalès qui nous rappelle que l'on fait de mauvaises rencontres dans les écoles (et c'est parfois pire).
@: Sable de...... Je suis resté aussi avec ce "charivari"du coté du poumon et le texte dit par la voix off de la fin m'as (t'as?)laissé collé sur le fauteuil.

Cathiminie a dit…

je te lis et te relis mais toujours ma retenue habituelle, surtout la note précédente...mais ce que j'avais à en dire...??? ;-))pas ici!et pour le film...si j'y pense! je suis plus livre que film!les films j'en ai bien assez dans ma "tête"

k.role a dit…

Par égard pour ta sensibilité, et pour le thème abordé, je m'abstiendrai de faire la critique de ce film de mon point de vue de cinéphile acharnée qui attend désespérément une nouvelle nouvelle vague qui viendrait bousculer le conformisme franchouillard de notre cinéma DEPARDIEUSESQUE. :-)

dusportmaispasque a dit…

K.role: l'as tu vu?
Parce qu'au delà du goût pour l'acteur que tu cites, il y a Gisèle Casadessus; Patrick Bouchitey; Jean-François Stévenin;François-Xavier Demaison; Claire Maurier; Anne LE GUERNEC; Mélanie BERNIER; Deschamps Le maire Bruno Ricci; Lyes SALEM; Jean-Luc Porraz; Gilles Detroit.
Des seconds rôles qui valent le premier.

k.role a dit…

OUI bien sûr je l'ai vu ... je n'ai pas l'habitude de parler d'un film que je n'ai pas vu ! je ne suis pas présentatrice de télé :-) je ne remets pas en cause les acteurs qui ne sont pas mauvais (même Depardieu que je n'aime pas beaucoup) c'est un certain cinéma très conventionnel, une certaine manière de raconter très anecdotique qui me déplait et qui ne fait qu'effleurer le sujet en restant au niveau du cliché .... c'est trop "gentillet" si tu veux tout savoir. Un sujet pareil demandait un peu plus de "cruauté" de vigueur, d'engagement, bref de bousculer un peu les habitudes des spectateurs (mais c'est trop dangereux et pas assez rentable).

k.role a dit…

mais bon, faut pas m'écouter : je suis très mauvais public : je n'aime rien :-)

dusportmaispasque a dit…

sorry, j'aurai du réfléchir à ton job qui facilite tes goûts de cinéphile.Je trouve que la narration est sensible, élégante, sérieuse et sans prétention, efficace.La vraisemblance socle de la vérité.

chonchon a dit…

Je suis curieuse de le voir, même si Depardieu commence moi aussi à m'énerver grave. Mais Becker a un tel sens de l'humanité que ce film est sûrement comme ses précédents : excellent.
A vérifier un de ces jours...

Myel a dit…

Quatre jours que je me laisse bouffer par les matchs et je je repousse le moment d'aller ce film. J'y cours cet am...seule comme une grande, sans interférence, amoureuse, amicale ou filiale !

dusportmaispasque a dit…

solo pourquoi pas, mais partager c'est bien aussi.
j'dis ça, j'dis rien.

Myel a dit…

Aller seule c'est déjà aller ! ne pas compter sur ! et pas seulement attendre la bonne âme amante, aimée ou amicale...Mais chut !!! je me remémore les dialogues

Manue a dit…

Bonjour,
J'ai adoré ce film.
Avez vous le texte qui est prononcé sur le générique de fin de film ?
Merci d'avance

dusportmaispasque a dit…

J' l'ai pas!..... et quand je le recherche sur Google, je (re)tombe sur mon blog comme beaucoup de visiteurs.
Désolé Keep a touch, Manue dés que je l'ai.....

lovelymelody a dit…

Je viens de voir le dernier chef d'oeuvre de Jacques BECKER qui m'a, une fois de plus, émue jusqu'à avoir une petite larme au coin de l'oeil à l'écoute du texte de fin de Gérard DEPARDIEU! Quel excellent quator!: BECKER, DABADDIE, DEPARDIEU, CASADESSUS!
Continuez Monsieur BECKER de nous offrir autant de tendresse, comme vous le faite si bien dans chacun de vos films! Vous êtes le seul à savoir le faire avec autant de naturel! Il n'y a que les personnes dénuées de sentiments, qui peuvent ne pas aimer les films de Jacques BECKER! On ne peut qu'aimer chaque role, et par conséquent chaque acteur, car M. BECKER a le don de les rendre si attachant en nous donnant le meilleur d'eux-même, que l'on sera agréablement surpris d'apprécier un acteur pour lequel on avait pas d'intêret particulier!

Yirah a dit…

Bonjour! Je veux trouver les dialogues du film. Aide, s'il vous plaît ... Je ne parle pas français, excusez mon typos..

Merci Beaucoup!!!

Ziggie a dit…

Pareil pour l'école, pareil pour Monsieur Moreau qui s'appelait Mademoiselle Michelot et pareil pour le cœur en vrac dans la tête en friche.
Mais le cœur n'est pas dans tête, suis-je bête...

Messages les plus consultés

Archives de blog