mercredi 7 juillet 2010

Millénium, film Ikéa

Millénium, film Ikéa. (les bonnes critiques de films sont )
Film en kit à monter soi-même.
Parce que je n'ai pas compris l'apparition désordonnée des personnages, l'opportunité de certaines situations et leur rapport à l'histoire, la complaisance pour la violence.
Ah, on me dit dans l'oreillette que c'est une suite. Dont acte!
Le pitch? Une enquête sur un réseau de prostitution impliquant des hommes politiques et autres hauts fonctionnaires, menée en parallèle par:
- les journalistes de Millénium, un"Canard Enchainé" succursale de  Stockholm;
- l'héroïne légèrement sociopathe en quête identitaire et en pleine expédition punitive;
- et enfin les flics officiels tous aux trousses d'un ex agent secret transfuges de l'ex URSS protégé par les....les ...les...? politiciens-corrompus!
L'action se passe en Suède. Sans doute la raison de tout ce catalogue Volvo, des téléphones Nokia et de bouffer un sandwich au renne en montant des meubles Ikéa. 
Dans cette partie du globe on semble ignorer que le scénar. du trafic d'êtres humains couvert par des politiciens-corrompus est presque un pléonasme. Comme ils semblent ignorer la loi anti-clopes tant il y a de scènes où la cigarette est un rôle à part entière. 


En fait je me suis réveillé lors d'une scène d'action, pas vraiment nécessaire de la poursuite en bagnole, pas très bien filmée, comme les inévitables scènes de castagnes mal maitrisées. Tous les poncifs du genre sont bien au rendez-vous dans ce ....film? tirés de la trilogie de Stieg Larsson.
Avant de m'endormir j'avais eu le temps d'apercevoir le personnage principal et de comprendre la légitime violence de cette minette de vingt ans, 1.50 m et 45 kilos apte à porter le flingue, démonter des mecs de trois fois son poids avec ses petites mains et monter une chaise en kit sans jeter un oeil à la notice. Oui, ils ont osé la scène de "La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette" ouvrant un carton avec le logo de la marque de meubles take away sous le bras qui fait augmenter les ventes de Prozac et assemblant des tabourets d'une main avec l'outil diabolique en forme de S et sa clope dans l'autre.
Entre autre clichés, les mecs sont des gros dégueulasses violeurs de mineures attachées rendant les filles martyrisées évadées des HP, lesbiennes et sanguinaires. Ici le méchant est masculin, tatoué, motard ou toubib sadique abusant de la faiblesse des psychopathes livrés à leurs camisoles.
Sous prétexte de vengeance on nous suggère que l'homosexualité féminine serait une déviance réactive au sadisme mâle et à la virilité amalgamée à la brutalité.Cela nous vaut une des  seules scènes esthétiques du film, (avec les scènes d'incendie si l'on est pyromane ou pompier) grâce à la  gestuelle saphique et gracieuse de l'héroïne daignant lâcher sa clope pour s'occuper du clito de sa partenaire. C'est un peu dommage que la représentation de ce couple de lesbienne adorablement et tendrement humaine soit constitué d'une pute et d'une névrosée, mais qui le remarquera?
Dommage aussi que la gamine lave son père à l'essence et le rince au briquet mais comme ce dernier violait et battait sa mère devant elle on comprend que ce départ dans la vie la rende un tantinet colérique.
Je ne devrais pas vous raconter la fin mais juste vous dire que la famille est robuste car, en plus du frangin qui reçoit une décharge de Taser dans les couilles sans cesser de distribuer des gnons, le père, que l'on a vu transformé en torche vivante dans sa bagnole, boite juste un peu en allant vers ses soixante neuf ans et reçoit un coup de hache de bucheron dans sa face en gardant suffisamment la pèche pour en réclamer un autre que sa fillote lui refile dans le genou avec toute l'énergie d'une gamine qui a passé la nuit enterrée vive par le demi frère avec trois balles tirées par le père dont une dans la tête. Fonky family,  solide comme les Volvo du film toutes impeccables quand les Toyota sont pourries et rouillées. Énorme.
A la fin du film tout le monde est vivant: une suite sans doute? 

7 commentaires:

k.role a dit…

Le film est effectivement comme tu le décris ! ennuyeux mais pas ta critique, elle m'a bien fait rire !

dusportmaispasque a dit…

C'est dommage cette tendance commerciale à faire du boucan et du sanguinolent et dommageable de faire un coin d'Amérique bruyante au pays des longues nuits.
J'ai aimé cependant les images de Goteborg et Stockholm, les maisons de bois du pays des lacs, la sérénité boréale des fjords et l'étole de brume posée doucement autour des sapins.En même temps, j'étais invité ce qui rends toujours un peu blasé. Si j'avais payé ma place je n'y serais pas allé.

chonchon a dit…

Oh la la, c'est tout beau chez toi ! J'aime bien ton nouveau décor. Tu devrais faire plus souvend des critiques de films : c'est fendard !
Pas vu le film, mais je me suis bien marrée à te lire !

sable du temps a dit…

j'ai apprécié les 3 bouquins ... j'ai regardé le 1er film sans ennui...le second c'est limite. Quant aux épisodes diffusés sur canal+,je pense que Rambo n'a qu'à bien se tenir! Je serais suicidaire, je me finirais à l'aquavit mais comme ce n'est pas le cas...je vais relire ta critique...histoire de rire!

dusportmaispasque a dit…

Chonch':je vais parfois sur ton blog ciné (que j'ai "linké" en tête de ce post)où je suis scotché par ta productivité: comment fais-tu pour alimenter autant de blog et surtout avec cette persistance et cette qualité constante?
abandonnes-tu la piste du bouquin?
et Manu? elle ne vient plus?
Chez moi non plus mais comme elle ne se foulais pas sur les com' à croire qu'elle lisait en diagonale, tant pis!
N'empêche:quelle réussite(méritée)!

Sable du...:
-bravo pour t'être "envoyé" ces trois pavés certainement meilleurs que les films.
- "se finir à l'aquavit" ça doit piquer, non?
- j'ai bien envie de t'emprunter ton pseudo pour le glisser dans un mien prochain texte. Permission accordée?

sable du temps a dit…

permission accordée!

colo a dit…

Un remake du film en suivant ton script serait une belle idée...et sûrement plus marrant.
Bnne journée, un besito.

Messages les plus consultés

Archives de blog