mardi 13 juillet 2010

Vert pâle sur Alla Nazimova.

Mandavit.
Al. progresse en comptant les gravillons sous les platanes de l'allée menant au parc où Marcelline Delbecq et Benoît Delbecq (ce n'est pas un doublon mais une homonymie) vont nous présenter Alla Nazimova.
Mais Al. s'en fout.
Du décor autant que du décorum: Elle est prés de lui.
D'ailleurs, l'idée d'assister à cette "littérature en jardin" est d'Elle. Il Lui viendrait l'idée de faire la tournée des déchèteries ou de s'intéresser à la fumisterie de l'art contemporain qu'il trouverait bonne, l'idée.
Où était-Elle tandis que s'empilaient les sédiments au fil du long fleuve tranquille de la mémoiremémoire et que ce con d'Al. retournait inlassablement et inutilement son sablier?
Prés d'Elle, le temps prends son temps. Il y a devant eux autant de siècles qu'il y a de cailloux dans l'allée.
L'écran attend sous le cèdre. Quelques bancs de bois de l'école communale délaissés pour l'herbe, sont de sortie avec la permission du maire. Il s'allonge prés d'Elle sur le gazon épris d'Elle et pris, la narine en otage, par la citronnelle de l'air. Qu'importe l'odeur prégnante et le décor scolaire, ils sont là pour le verbe.
Les mots  pour l'heure sont des images qui défilent comme pour un 14 Juillet aux ordres du rétro projecteur  portant sur le screen* du tissus la filmographie rétrospective de Alla Nazimova et accrochant au passage l'ombre des branches basses du cèdre.

Mise en espace minimaliste: Noir et blanc, muet, pianiste. Selon la volonté des auteurs, nous voyageons à l'époque des films d'avant le cinéma bavard.
Une voix, fantôme descendue des limbes, pénètre mots à mots et glisse pas à pas dans le silence. Laborieusement!
Comme il y a dans la diction  lancinante de Marcelline Delbecq une emphase disproportionnée dissimulant un texte indigent de belles tournures et au verbe pâle, il y a dans la mélancolie des pensées d'Alex un halo de tristesse floutant la dictature de sa mémoire tout autant indicible. La rhétorique amoureuse réécrite comme un palimpseste, de l'illusionniste à l'opportuniste orchestrant la musique des mots d'amour complices des mots tactiques pour l'heure, des  leurres. Aimer maintenant, si vite, si tôt , si fort?
C'est l'heure indécente où l'âme est impatiente et le hasard fait ce qu'il veut.
Voici la rencontre et  voilà que paraît une toile nouvelle , où s'assoupissent des strates de mèmoire, et malgré quelques surprenants soucis de pinceaux, il sent le désir de peindre par dessus  l'oeuvre, d'esquisses en ébauches et un soupçon de débauche, enfin aboutie  comme le repenti* se fabrique une virginité.
La tristesse est souvent alibi de la beauté. La beauté, illusion et les songes, mensonges.
A quel instant les souvenirs merveilleux deviennent-ils poisseux et les rêves, trahisons?
Probablement lorsqu'il s'agit d'abandonner la vie d'avant, serpent laissant derrière lui sa mue,  le symbole reptilien de la trahison réapparaît tel un spectre avec sa trajectoire sinueuse alors que la morale préfère la rectitude.
"- ça fout la trouille ton truc Al.contrairement à toi, Elle sait archiver ses souvenirs!" intervient Tom B. Dunid.
- je me charge de lui" rétorque Roman Talist. Et le mental menteur impose son autotomie castratrice. Fatale! Imparable, définitive ou temporaire?
Alex s'en fout.
Il y a dans les yeux d'Elle un malicieux éclat d'or.
Ébloui, il lit l'espoir en braille de ses doigts sur sa peau et voit dans ces yeux lucides, la confiance et "la lumière des justes"*

* Matière d'écran. Revêtement scintillant.
* Repentir: peindre par dessus cf Tonino Benacquista dans "Malavita".
* Merci Henri Troyat.

3 commentaires:

sable du temps a dit…

émotion à fleur de peau, à fleur de rêve...merci,couleur sépia...

k. a dit…

progresser en comptant les gravillons c'est long :-)

dusportmaispasque a dit…

Parce que:ralentir le temps est impossible mais on peut ralentir l'allure "Prés d'Elle, le temps prends son temps. Il y a devant eux autant de siècles qu'il y a de cailloux dans l'allée."
En bonne compagnie le siècle est très court, s'agit pas de gaspiller!

Messages les plus consultés

Archives de blog