samedi 22 janvier 2011

Misère intellectuelle.





Comment réagir quand on est un comédien de talent – du moins à ce que l’on croit – et que l’on obtient, pour tout rôle, celui-là qui ne vous accorde qu’une seule réplique : «Madame est servie» ? Le cachet a beau être en or, cela aigrit son homme. Alors, seul dans sa loge attendant le moment d’entrer en scène – l’avantage de n’avoir que trois mots à dire est que l’on dispose de beaucoup de temps libre – cet acteur frustré entreprend de «refaire le monde» devant un public virtuel. Enfin… plutôt de tout faire sauter, rectifie-t-il… Il est vrai qu’avant de prendre la parole, il branche et programme soigneusement ce que l’on devine être une bombe…

Cet homme va ainsi déblatérer sur ses camarades alors en scène puis, glissant des portraits à charge vers des considérations plus générales, dénoncer avec hargne ce qui le dérange dans l’organisation étatique, la démocratie, les agissements des multinationales, le système éducatif, l’emprise des institutions religieuses sur les comportements et la gestion des affaires publiques…

Tout passe à la moulinette de sa vindicte, au gré d’images vigoureuses voire vulgaires, mais ces propos prennent une inénarrable saveur car déclamés… en alexandrins !

Texte, interprétation et mise en scène : Romain Bouteille
«Pendant une petite heure, Romain Bouteille va égratigner ses contemporains, ponctuant ses phrases assassines d’un petit rire sarcastique. Digne descendant de Molière, M. Bouteille s’exprime en alexandrins. Des mots choisis, servis sur un plateau.»
La Nouvelle République


«Misère intellectuelle est un petit chef-d’œuvre, fait de coups de gueule, de réflexions sur le théâtre, la société. Si le constat n’est pas optimiste, c’est loin d’être triste et c’est fort intelligent. Du grand Bouteille.»
Marie-Cécile Nivière, Pariscope


Splendeur de Rome....

ou plutôt de Romain (Bouteille).
Bon c'est un peu ........Excessif! Le théâtre du pont tournant doit ressembler au "café de la gare" des années 80, Romain Bouteille récite avec splendeur un texte splendide ou presque sur un bout de moquette éclairé (Romain, pas la moquette)par trois spots du scotch sur les fils électriques et roul'ma poule. Il y a cette voix caractéristique bien moins éraillée que dans mon souvenir au service des alexandrins. Il y a aussi des astuces de mise en scène pour économiser le souffleur, (car il n'y a pas de cavité sous la scène pour en loger un et les souffleurs existe-t-ils encore depuis l'apparition de l'oreillette?), comme ce fascicule (comment veux-tu, comment veux-tu?...) sensé contenir le mode d'emploi de sa bombinette qu'il consulte à chaque trou de mémoire et qui lui amène un gag assez réussit: sur une absence simulée d'un nom qui lui échappe, il traverse la scène pour consulter son aide-mémoire puis il revient face à nous et lance: "Jésus-Christ!", comme si on pouvait oublier un client pareil. Sur la salle qui s’esclaffe il lance hors alexandrins:" je ne pensais pas qu'il était aussi connu!".
Voila! le truc dure un peu plus d'une heure et il est intéressant en ce qu'il permet de mettre des mots sur l’insuccès de ce mauvais acteur, seul à croire en son talent, son aigreur qui s'étend à l'ensemble de la société et sa dérive anarchiste l'amenant à faire sauter le monde puisqu'il est incapable de le rendre meilleur.

5 commentaires:

k. a dit…

j'aime bien Romain Bouteille. Je savais pas qu'il jouait encore. (y'a pas que Shakespeare dans la vie ;-) et ce spectacle a tout pour me plaire apparemment ! trop loin hélas...

sable du temps a dit…

depuis le café de la gare ce grand monsieur a fait du chemin...

Mrs K a dit…

Et moi j'avais oublié que Romain Bouteille existait. ça fait envie ce spectacle mais bon, c'est passé alors...
Es tu sorti de dessous ta couette pour y aller ?

dusportmaispasque a dit…

à K: il tourne aussi en région parisienne ce me semble.

à sable..: En effet il a pris un peu de bouteilleau théâtre du pont tournant on se sent comme au café de la gare: tout y est fait de bouts de ficelle. Trois spots, un bout de moquette, quelques chaises et roule...

à MrsK:-j'ai pas eu de mal : la représentation était à 16h.
- toujours en forme, la voix moins éraillé qu'avant et comme dis K. rôle les acteurs sont des sportifs de haut niveaux

Mrs K a dit…

Alex, mé kestafé à ton blog ? il est tout sans dessus dessous :-)

Messages les plus consultés

Archives de blog