mardi 15 février 2011

Faites garder les enfants et allez au ciné: Black swan.



Le préambule est somptueux: Le cygne dans sa configuration blanche cherche à se soustraire à son coté obscur symbolisé par  Rotbarth dans un ballet  montrant la découverte, la peur et la fuite. C'est la frustration du film que de pas offrir plus de scènes de danse tant la chorégraphie est réussie. Mais il s'agit d'un film sur l'ambivalence où l'on ne se plaindra pas que Terpsichore et Euterpe soit si bien servies.
Nina, élue pour être le cygne blanc doit atteindre la perfection pour la plénitude de ce rôle ambiguë. Elle doit basculer vers la noirceur du Black Swan pour satisfaire sa quête d'absolu. Afin de réussir à combler la soif d'une mère qui a sacrifié sa carrière sur l'autel de la maternité et l'appétit du directeur de la troupe dans l'âpre concurrence des ballerines, la pression pesant sur ses épaules l'amène de l'autre côté d'elle même jusqu'à la folie. Sa métamorphose passant douloureusement par les chemins de traverse des voies de l'alcool,  du sexe, (la masturbation fantasmée de l'homosexualité féminine histoire de rester entre Soi dans un délicate scène de schizophrénie),  de l'automutilation, de l'ecsta, et des beaux gosses en accès libre dans toutes les bonnes boîtes de nuit. Voilà  c'est dit: Il faut un peu de noirceur pour être parfait(e?). Dans le "Lac des cygnes" le prince Siegfried, beau et con à la fois, mélange les couleurs, confond les signes et choisit  le noir, plus séduisant, provoquant  la mort du cygne. La perfection pour l’interprète de ce rôle mortel sera à son tour de mourir sur scène.
Apparition de la plume noire.Premier signe. Qui de la noirceur ou du blanc en toi l'emportera? celui que tu nourris! 

Vent contraire:La chair mutante des bras en ailes dans un
 crescendo de musique, d'entrechats et de plumes noires envahissent les membres de la ballerine Portman, Darwin avait raison: la fonction crée l'organe et la personnalité s'enrichie d'une nuage de café dans sa tasse de lait.

La métamorphose du cygne blanc est certes esthétique et je me suis abandonné à la tentation de la beauté. Puis le cerveau retrouvant ses facultés cognitives, je repense à cette vision masculine de la féminité devenant encore plus attrayante et parfaite, en atteignant sa maturité sexuelle pour le bon plaisir du mâle dominant, en l’occurrence le directeur de la troupe. La mort symbolique du Cygne, le blanc, sa virginité vaincue, cédée au côté obscur. En même temps elle n'a pas vocation à durer, la virginité. Sinon la vie ne serait qu'un bourgeon qui n'a jamais fleuri. Mais il y a ce paradigme masculin, rétrograde et conservateur de la douceur des amours saphiques, où l'onanisme délicat est présenté ici comme une déviance,  amalgamée à la drogue et à l'alcool, nécessaire, confuse. Le passage de l'enfant à la femme comme une étape sur la route allant de la vertu vers le vice alors que la vie, la mienne, la tienne, la notre n'est qu'une alternance entre l'une et l'autre.

Tous nos choix ne sont qu'aller-retour à des allures différentes, fait de longues glissades et d'accélération vigoureuses, non?

Je ne vais pas faire le difficile mais qu'aurait pu donner une réalisation de Jeanne Labrune, Nicole Garcia ou Coline Serrreau filmant l'émergence de la féminité sans la noirceur supposée de la perfection?
Je ne renie pourtant pas le plaisir sans réserve que j'ai eu à la vision de ce  mélange harmonieux de musique et d'image. L'interprétation de Natalie Portman, avec la schizophrénie comme seule issue de l'artiste en mal d'authenticité ne manque pas d’intérêt.
Alors un Black Swan II gothique et décadent filmé par une femme?




11 commentaires:

sable du temps a dit…

bien malin qui peut le dire!!! je reconnais être fascinée par le cygne noir...ça fiche la trouille, non?
Quant au film, peut-être demain ou après-demain...à suivre.

dusportmaispasque a dit…

Les êtres qui doutent sont les personnalité les plus riches. Parfois il y a des relations toxiques avec le Moi

off:Fais moi penser à écrire un truc sur "Le balcon sur la mer"je diffère, je dis faire,....

sable du temps a dit…

le dire c'est bien...mais le fer (merci Bourvil)
et de te renvoyer la question: cygne blanc ou noir ?
vaste sujet de conversation...assis au balcon peut-être!

Ortie a dit…

Moi perso, je retiens surtout la méthode de baby-sitting.
Mais vue la taille de la Ronce, va falloir que je m'équipe en scotch ...

Bougrenette a dit…

Pour avoir vu le ballet à Bastille il y a quelques semaines, j'avoue une attirance toute particulière pour ce film et cette actrice tellement fascinante.

dusportmaispasque a dit…

à Sable...:
-J'aime assez le noir j'dois dire.
- je vais le fer avec une volonté ferrugineuse.

@ Ortie: Alors le sable donne des orties et les orties des ronces. Les repas de familles doivent être piquants.

@ Bougrenette: En effet ton post avait attiré mon attention sur ce film annoncé et très attendu (au tournant)j'en suis sorti un peu en manque de Ballets mais c'est assez réussit sur la schizophrénie et la manipulation.

Ortie a dit…

Relevés, effectivement ...
Épicés ...

francoise D. a dit…

je peux pas , j'ai pas assez de porte à la maison....et puis après ça me ferait mal de devoir réveiller mes enfants pour venir me faire des câlins parce que je fais des cauchemars......j'emmènerai donc les enfants voir les cygnes se baigner dans le lac....je ne sais pas encore lequel, s'il est vers chez toi...je te laisserai la troupe pour aller au ciné!!!!mais y'a peu de chance! rassure toi!
Ortie, on peut peut-être commander le scotch en prix de groupe, parce que j'ai le même problème que toi!!!!...

sable du temps a dit…

... et Portman vous scotchera sur votre siège ...

Françoise D'. a dit…

Oui, sans scotch pour le coup!

dusportmaispasque a dit…

à Ortie: Mangez épicé. :-/

@ F.D: Top mignon! Avec ce mode de garderie ils peuvent encore inventer des conflits de rhino vert et de rhino rouge qui refusent d'aller en boite..

à Sable: Portman on en reparle hors antenne.

Messages les plus consultés

Archives de blog