lundi 28 février 2011

"Un balcon sur la mer"


Indolente et nue Arcachon s'étire sous la bise fraîche d'un février moribond.
("-je crains le pire.
-il est à venir!")
Les mimosas de la ville d’hiver imposent déja leur blondeur en compétition avec les ives et les ivettes précoces des jardins de l’Aiguillon. Entre la jetée Thiers et la jetée d'Eyrac, Elliot* hésite au bain de mer effrayé par les rouleaux d'écume du bassin.
Plus loin vers le port,les camions ont dégagé l'esplanade de la criée et les chaluts sont au sec. Les rieuses furètent comme des rats volants dans les squelettes des bers en quête d’arêtes charnues. Les pécheurs sont sains et saufs et Saint Ferdinand le protecteur, au repos sur sa croix jusqu'à la prochaine marée.  
Enchaînée au corps mort une pinasse oscille sur l’escarpolette des vagues tandis que sur sa bouée un cormoran fait le guet. 
Les connections émotives de l’utopie moins bornées que celles de la réalité m’autorise la vision de l'autre coté du bassin malgré l’écran des cabanes tchanquées.Derrière l'île aux oiseaux vers les passes et la jetée Belisaire la vue me projette à 5 kilomètres de vol de mouette. J'imagine une improbable lady Godiva chevauchant nue pour faire baisser les impôts, soulevant le sable du temps et de la plage des Ferret-Capiens de "la pointe aux chevaux", ou bien une longue dame brune de retour de Gottingen ou de Chassiron marchant lentement derrière le corbillard des souvenances. Souvenirs et fantasmes sont souvent de l'autre côté. Après tout, que sait-on des nomades de l’affect? Il m'arrive parfois d'avoir le sablier qui se grippe et d'être "une heure arrêtée au cadran d'une montre".
Serais-je Marseillais  que l’imaginaire palliatif de ma myopie, ou l’obsession de mon envie encore intacte "d'un balcon sur la mer", me ferait  apercevoir par temps clair les terrasses chaulées d'Alger la blanche.
* c'est un clébard, enfin non, c'est Elliot!
Synopsis : Dans le sud de la France, Marc, marié et père de famille, mène une vie confortable d'agent immobilier. Au hasard d'une vente, il rencontre une femme au charme envoûtant dont le visage lui est familier. Il pense reconnaître Cathy, l'amour de ses 12 ans dans une Algérie violente, à la fin de la guerre d'indépendance. Après une nuit d'amour, la jeune femme disparaît. Au fil des jours un doute s'empare de Marc : qui est vraiment celle qui prétend s'appeler Cathy ? Une enquête commence.(source Allociné) 
Qu'est-ce que ça pèse la villa, la piscine, la carrière, la petite famille de Marc quand le passé surgit sans préavis?
Pas lourd!
L'homme mûr, nanti, sûr de lui, à la réussite sociale un poil arrogante confère une sorte d'invincibilité au personnage déshumanisé campé par Jean Dujardin qui pourtant tombe à genoux adoubé par le fantôme de la tentation.
Il n'existe pas de gilet pare-balle contre les flèches de la nostalgie.
Les images floutées se diffusent, venin ou sérum, dans l'organisation de ses pensées. Souvenirs et fantasmes sont souvent de "l'autre côté" des dunes ou des vagues.
La guerre d'Algérie s'est moquée de ses émois de pré-ados. L'histoire d'amour, de frôlements et de regards à peine ébauchée s'interrompit pour reprendre vingt ans plus tard à Aix. Arrachés, empilés dans le bric à brac de la fuite et de l'exil sans avoir le temps de se dire adieu, les protagonistes ont grandi mais pas changé. La petite fille sans bagages mais pas sans mémoire retrouve Marc dans le pays où l'on se marie pour payer moins d’impôts aux rivages du monde des adultes et de la lucidité. Elle arrive avec l'envie des exclus et la faim des survivants. Il y a des enfances volées qui font les maladies dont on ne guérit pas et après une double décennie d'incubation, c'est l'émergence de la phase terminale bousculant les certitudes des adultes. Il y a, scellés dans la mémoire bannie, les souvenirs homéopathique des photos intimes que l'on ne regarde plus. Leurs présences moléculaires se moquent des petits arrangements avec le passé comme la résurgence d'une source claire qui ne demande qu'à jaillir. Il y a hic et nunc le coeur de cible de la nostalgie et le chaînon manquant de la mélancolie. Cathy n'est pas celle que l'on croit. Qu'importe! L'amour n'est qu'un prétexte dans la poursuite de l'incomparable goût de la première fois et la "recherche du temps perdu".

Ronronette cherche mon épaule pour s'en faire un appui-tête et glisse sa main dans l'espace vacant formé par le triangle de mon bras bien au chaud dans le repli de ma veste. Malgré le risque de me faire dérober le carré de chocolat tout neuf, je m'empare à pleine bouche de ses lèvres fines, délicates et rosées. Debout sur un plancher de sable et sous un plafond de ciel, je défends mon capital de cacao contre sa langue vorace. Ici et maintenant il y a la scène classée X d'Elliot tentant sa chance sur une petite chienne de la marque Shih tzu revêche, snob, drapée, fière, offusquée et décoiffée par le vent.
Sur Arcachon indolente et nue, il y a hic et nunc le facteur X de l'à venir.

dimanche 27 février 2011

Des femmes, des ménages.

La alegría es una emoción tambièn.

vendredi 25 février 2011

à 99%

Le podium de Sophie
J'ai superposé trois carrés de chocolat que j'ai calé avec soin entre le palais et la langue et que je laisse fondre. Je crois que c'est la raison majeure de mon engagement au sport en général et aux  trois heures de VTT d'Arcachon en particulier: Ma dose de chocolat de la semaine en une seule prise.
Il est bientôt midi, il reste encore une heure trente de course, un peu de flotte dans le bidon et quelques carrés au fond de la plaquette.





Je sens son haleine chaude dans le cou, elle est là dans ma roue. Elle me traque et  je la feinte depuis une heure et demi. Elle a commencé sa besogne cette nuit par les caresses d'une alliance. Je n'ai pas cherché à lui résister. Céder à la tentation est le meilleur moyen de lui échapper. Elle planta dans la nuit et mon dos les banderilles de la fatigue tandis que je l'écartelais. Soulagé mais affaiblis de l'habitude de soigner mes insomnies à la vaginothérapie, j'ai pris le départ en solo tandis que les autres équipes sont en duo. Avantage pour les duos: 1 tour de manège, un tour de repos. Avantage solo:  je donne tout et après je gère le solde d'énergie n'ayant de compte à rendre qu'à sa majesté Moi. Elle m'a rattrapé sur le cinquième tour  dans la zone des relais, à  l'instant où je m'éjectais vite fait de la trace pour laisser passer les autres morfalous tout frais. Me voici tanké dans la sablière de  la descente où le sable est encore plus friable hors trajectoire, la chaîne me lâche et la voilà, elle est là, plombant mon enthousiasme d'un fardeau supplémentaire: Mon inséparable amie Madame La Flemme. Comme Stéfan,


 je combattrai "avec  le démon" et non pas "contre" ce succube durant le temps qu'il me reste. Je le nargue le long de ma promenade en forêt, l'ignorant sous l'objectif de Jack'O blessé et préposé aux photos, saisissant chaque opportunité d'une conversation avec Marie-Pierre et le chien César tandis que le tandem James/ Stéphane me colle un tour dans la vue et que le duo Maryclair/Sophie court vers le podium des féminines. Je rencontre mon pote Cristophe tout étonné de le voir sous le maillot de la Farguaise alors que nous nous connaissions sous le maillot du SAM des 24 h du Mans à roller. Il me mettra, sans douleur: c'est la première fois qui coûte, lui aussi  un tour. L'honneur est sauf : au classement je suis devant le couple de quinqua Bernard/Jipé (41ème/44ème).
Départ des 24H sur le circuit du Mans en 2008


mardi 22 février 2011

Arcachon: 3 H de VTT.

Briefing
Plus que trois heures

un coup de mou, Sergio?

De la chaîne, les  plaisirs.
De la conversation, les joies.

mardi 15 février 2011

Faites garder les enfants et allez au ciné: Black swan.



Le préambule est somptueux: Le cygne dans sa configuration blanche cherche à se soustraire à son coté obscur symbolisé par  Rotbarth dans un ballet  montrant la découverte, la peur et la fuite. C'est la frustration du film que de pas offrir plus de scènes de danse tant la chorégraphie est réussie. Mais il s'agit d'un film sur l'ambivalence où l'on ne se plaindra pas que Terpsichore et Euterpe soit si bien servies.
Nina, élue pour être le cygne blanc doit atteindre la perfection pour la plénitude de ce rôle ambiguë. Elle doit basculer vers la noirceur du Black Swan pour satisfaire sa quête d'absolu. Afin de réussir à combler la soif d'une mère qui a sacrifié sa carrière sur l'autel de la maternité et l'appétit du directeur de la troupe dans l'âpre concurrence des ballerines, la pression pesant sur ses épaules l'amène de l'autre côté d'elle même jusqu'à la folie. Sa métamorphose passant douloureusement par les chemins de traverse des voies de l'alcool,  du sexe, (la masturbation fantasmée de l'homosexualité féminine histoire de rester entre Soi dans un délicate scène de schizophrénie),  de l'automutilation, de l'ecsta, et des beaux gosses en accès libre dans toutes les bonnes boîtes de nuit. Voilà  c'est dit: Il faut un peu de noirceur pour être parfait(e?). Dans le "Lac des cygnes" le prince Siegfried, beau et con à la fois, mélange les couleurs, confond les signes et choisit  le noir, plus séduisant, provoquant  la mort du cygne. La perfection pour l’interprète de ce rôle mortel sera à son tour de mourir sur scène.
Apparition de la plume noire.Premier signe. Qui de la noirceur ou du blanc en toi l'emportera? celui que tu nourris! 

Vent contraire:La chair mutante des bras en ailes dans un
 crescendo de musique, d'entrechats et de plumes noires envahissent les membres de la ballerine Portman, Darwin avait raison: la fonction crée l'organe et la personnalité s'enrichie d'une nuage de café dans sa tasse de lait.

La métamorphose du cygne blanc est certes esthétique et je me suis abandonné à la tentation de la beauté. Puis le cerveau retrouvant ses facultés cognitives, je repense à cette vision masculine de la féminité devenant encore plus attrayante et parfaite, en atteignant sa maturité sexuelle pour le bon plaisir du mâle dominant, en l’occurrence le directeur de la troupe. La mort symbolique du Cygne, le blanc, sa virginité vaincue, cédée au côté obscur. En même temps elle n'a pas vocation à durer, la virginité. Sinon la vie ne serait qu'un bourgeon qui n'a jamais fleuri. Mais il y a ce paradigme masculin, rétrograde et conservateur de la douceur des amours saphiques, où l'onanisme délicat est présenté ici comme une déviance,  amalgamée à la drogue et à l'alcool, nécessaire, confuse. Le passage de l'enfant à la femme comme une étape sur la route allant de la vertu vers le vice alors que la vie, la mienne, la tienne, la notre n'est qu'une alternance entre l'une et l'autre.

Tous nos choix ne sont qu'aller-retour à des allures différentes, fait de longues glissades et d'accélération vigoureuses, non?

Je ne vais pas faire le difficile mais qu'aurait pu donner une réalisation de Jeanne Labrune, Nicole Garcia ou Coline Serrreau filmant l'émergence de la féminité sans la noirceur supposée de la perfection?
Je ne renie pourtant pas le plaisir sans réserve que j'ai eu à la vision de ce  mélange harmonieux de musique et d'image. L'interprétation de Natalie Portman, avec la schizophrénie comme seule issue de l'artiste en mal d'authenticité ne manque pas d’intérêt.
Alors un Black Swan II gothique et décadent filmé par une femme?




lundi 14 février 2011

Saint Valentine's Day massacre*.

Parce que j'ai réduit la voilure et que je suis parfois vent contraire:
L'amour (Féminin singulier (?!) cette maladie mentale ensemencée par l'auto-suggestion jusqu'aux moissons de la réciprocité et entretenue par l'autre-Moi pour la satisfaction de l’Ego, est mort(e).
Le malade est en bonne voie de rétablissement.
Les bijoutiers, fleuristes, restaurateurs et voyagistes sont en deuil.Dommage! (collatéral).

                              Si tant plus beau en espagnol!


 Dans la série "Lâche-moi la grappe" les superbes paroles des "Vendanges de...":
"Nous les referons ensemble
Nous les referons ensemble
Demain les vendanges de l'amour
Car la vie toujours rassemble
Oui la vie toujours rassemble,
Malgré tout, ceux qui se quittent un jour
Et le soleil du bel âge
Brillera après l'orage
Un beau matin pour sécher nos pleurs
Et ta main comme une chaîne
Viendra se fondre à la mienne
Enfin pour le pire et le meilleur
"


*Le massacre de la Saint-Valentin (Saint Valentine's Day massacre) est le nom donné à l'assassinat de sept personnes qui s'est produit le 14 février 1929 entre les deux puissantes mafias criminelles de Chicago (Illinois) : le South Side italien de Chicago, dirigé par Al Capone et le North Side irlandais mené par Bugs Moran. Se déroulant dans le cadre historique de la Prohibition, cet évènement est considéré comme le dernier épisode de la guerre des gangs qui a ensanglanté Chicago dans les années 1920.C'est pas moi: c'est Wikipédia.

vendredi 11 février 2011

Spécial frisson.

Qui se souvient du freinage de folie de Swantz sur Rainey à Hockenheim: Les deux mobylettes sont à 300Km/h.Il n'en reste qu'un sur la bonne  trajectoire.  A voir à la minute 4 de la vidéo avec les commentaires fiévreux des journalistes espagnols. J'en ai déjà causé : (te dérange pas, j't'fais un copié/collé ci-dessous)

circuit de Nogaro a long time ago.
Contexte:Un concours d'un journal spécialisé (Moto Journal) dont l'enjeu est une Buell( une version de Harley Davidson)me fait de l'oeil: Décrire une anecdote de votre vie de motard en 1500 caractères maxi. Je me lance avec ce texte

"- C’est pas raisonnable  me souffle mon Jiminy Cricket perso. sous le casque.Il n'a pas tout à fait tord, l'insecte: On "enquille" à 220 sous la pluie derrière la Béhème 5.20 sur la route du Bol d'Or, l’intégral à 10 cm du rail dans les courbes. La 900X.J est à mon frangin, la crevette (16ans 45 kg) en copropriété avec la maman, l’essence est à moi et le compteur est un menteur.
"- C’est bon ! Il  m’avertit des dépassements, m’assèche la route de ses gros gommards, on économise du pétrole et Christian (Yam) et Dominique (Honda) Sarron attendent. Voyage initiatique ET pèlerinage argu menté-je de très mauvaise foi.
- Dangereux ET onéreux!
-  écoute la sagesse de l’ami Fred (Tran – Duc): Si tu vis de passion, tu meurs de passion. Si tu vis d’argent, tu meurs de quoi ? Répond-je en avisant l’abreuvoir Tatol.  J’y vais pas par hasard: écartant le genou droit, je viens de passer en réserve en remerciant le béhèmiste d’un appel de phare complice. Durant le ravitaillement de l’assoiffée, j’argumente avec l’insecte consciencieux: - "-souviens- toi Jim: à 16 ans je prenais livraison de la DS7 ( 250 Yam) 0 km samedi et 800 le lundi pendant qu’Ago pourrissait Read dans « Le Mistral »? Et la 400 R.D quand la  "Roca" de mon pote m’a fait l’inter comme Schwans à Rainey à l’entrée du Stadium? Et Mickie, la boyard papier maïs entre le tachymètre et le compte tour qui s'abritait dans la bulle pour économiser le pétrole et la clope? Et le couple de la V.MAX quand on rentrait en courbe à 90 et on en sortait à 160 sur la cinq? Alors, Carpe Diem?
-Banco! Mais calme ". Et je remets du gaz en paix avec ma conscience.
Et aujourd’hui, avec15 ans et 30 kg de mieux, la crevette est devenue gambas. Il a encore la trace du grillage imprimée sur la joue quand, à quatre heure du mat',serré par le talus, il me disait, somnolant: 
-« hé ‘pa Sarron a passé Sarron ». 
Après sa période Booster, il a pris une overdose de R.D.L.C, S.V600, 1000 S.V. Il se "finit" sur un 500 Gilera( un scoot, la honte!) qu’il me prête parfois. Je la chevauche en pensant à la Buell comme ta nana pense à Georges Clooney pendant que tu lui transmets ton patrimoine génétique.

L'herbe est plus verte dans le pré d'à côté.


Pour résister à l'attrait de Guenièvre Lancelot mis entre leurs deux corps, son épée. Pourtant contre le désir la résistance est vaine. L'obstacle du glaive et de la morale devint vite une forteresse vide et le plus loyal des commensaux de la table ronde, juste l'humble  vassal de la tentation.

mardi 8 février 2011

Synopsis : Dans le sud de la France, Marc, marié et père de famille, mène une vie confortable d'agent immobilier. Au hasard d'une vente, il rencontre une femme au charme envoûtant dont le visage lui est familier. Il pense reconnaître Cathy, l'amour de ses 12 ans dans une Algérie violente, à la fin de la guerre d'indépendance. Après une nuit d'amour, la jeune femme disparaît. Au fil des jours un doute s'empare de Marc : qui est vraiment celle qui prétend s'appeler Cathy ? Une enquête commence.

The gypsy queens and kings.

Hier soir au rocher de Palmer.
Musique: Vacarme vachement bien organisé.

vendredi 4 février 2011

Tatataaaan!

-
  • T'attends que les enfants grandissent.
  • T'attends la dernière échéance.
  • T'attends la fin du film.
  • T'attends l'heure de la bouffe.
  • T'attends la paye.
  • T'attends ton tour.
  • T'attends la réponse.
  • T'attends la question suivante.
  • T'attends l'épreuve.
  • T'attends l'arrivée.
  • T'attends les preuves.
  • T'attends le résultat.
  • T'attends le rayon vert.
  • T'attends le feu vert.
  • T'attends au bord de la rivière pour "voir passer le corps de ton ennemi"
  • T'attends la première femme.
  • T'attends la dernière.
  • Tatataaan , c'est la mer qui prends l'homme!
  • Je t'attends.
Vous aimerez aussi: "Angèle & Tony"

Messages les plus consultés

Archives de blog