samedi 25 février 2012

L'élection du roi boiteux.

Version trouvée sur You tube.


Un roi d'Espagne, ou bien de France,
Avait un cor, un cor au pied;
C'était au pied gauche, je pense;
Il boitait à faire pitié.

Les courtisans, espèce adroite,
S'appliquèrent à limiter,
Et qui de gauche, qui de droite,
Il apprirent tous à boiter.

On vit bientôt le bénéfice
Que cette mode rapportait;
Et de l'antichambre à l'office,
Tout le monde boitait, boitait.

Un jour, un seigneur de province,
Oubliant son nouveau métier,
Vint à passer devant le prince,
Ferme et droit comme un peuplier.

Tout le monde se mit à rire,
Excepté le roi qui, tout bas,
Murmura: «Monsieur, qu'est-ce à dire ?
Je crois que vous ne boitez pas."

"Sire, quelle erreur est la votre!
Je suis crible de cors; voyez:
Si je marche plus droit qu'un autre,
C'est que je boite des deux pieds

4 commentaires:

sable du temps a dit…

un p'tit malin ce seigneur de province !!!
Je ne connaissais pas la version que tu proposes. Je la trouve géniale parce qu'elle évite l'imitation de Brassens, elle a sa propre personnalité. Merci, super !

dusportmaispasque a dit…

Excellente version, créative et aux arrangements intéressants.A ceux qui confondent interprétations et imitations je signale l'intérêt qu'il y a à revisiter les classiques pour les faire découvrir à ceux que le phrasé de Brassens peut rebuter.Voir le CD des "oiseaux de passage" avec Saez, Miossec, Juliette, Noir désir, etc.

Colo a dit…

Tout à fait d'accord sur les qualités de cette interprétation....quant aux cors aux pieds, voyons ce que les élections diront, en espérant de tout coeur que le résultat ne soit pas aussi catastrophique qu'ici!!!!
Merci Alex, un besito de marzo

k.role a dit…

OUIIIIII ! merci pour ça Alex !!!!

Messages les plus consultés

Archives de blog