dimanche 12 février 2012

Sein Valentin


Lilas blanc: Amours prometteuses.
J’entrais dans la boutique avec aux reins des envies de poinçonneur des lilas.
Elle était là, belle et mutique dans l’écrin d’une robe blanche.
En jargon de fleuriste le lilas blanc signifie : « Amours prometteurs ».
Je prends l’initiative de mettre au féminin singulier ce langage de fleurs et laisse à Gainsbourg la métaphore du poinçon.
Par le filtre de sa secrétaire, auprès de qui je venais réserver les leçons de conduite de mon fils plus souvent que nécessaire, je n’avais jamais entendu sa voix. Fasciné autant qu’intimidé depuis la maternelle par les jupons et les maîtresses, j’envisageai de satisfaire ce fantasme en faisant d’elle la mienne au sacrifice de quelques points en gage de cet écart de conduite.
Son silence garant pour moi du mystère, je lui prêtais une puissance spirituelle et secrète qui l’isolait du magma souterrain de mes désirs. Il me fallait déboulonner cette statue, la dévêtir de cette agaçante auréole, me parer de la vertu de cette conquête par la possession de son aura  et tenir la promesse à l’enfant que je fus, invariablement amoureux de mes profs féminines.
Une institutrice, fût-elle d’auto-école, pouvait avantageusement succéder à ma lointaine monitrice de colo, combler mes lacunes et étancher ma soif de connaissances.
Etourdi des serments électriques et muets de ses yeux encourageants, noyé dans son regard humide, mâle chimiquement handicapé par des synapses qui ne connectaient plus, il me fallait remonter aux sources de ce Nil. Elle accepta spontanément mon invitation à diner avec un E superflu trainant sur son« Bien sûreu »moi qui me serait contenté d’un oui sans faute.
C'est un petit garçon pitoyable et victorieux, se souvenant de ses propres failles en orthographe et se méfiant de sa soi-disant intelligence, qui allait au rendez vous l’épée au fourreau sans savoir si elle était Durandal ou de Damoclès .
De pataquès en liaisons fatales à l’orthographe et préjudiciable à la nôtre, elle me racontât son parcours d’esthéticienne vers le « professorat »:
Son instructeur, camerounais et moniteur d’auto-école, après un passage sur la banquette arrière de sa Clio, l’avait initié vigoureusement aux subtilités de la conduite et aux avantages de la promotion sociale. Sitôt la mâchoire guérie suite à cet oral d'embauche et ayant retrouvé la faculté de s'asseoir, elle intégrait le corps enseignant béate, comblée et reconnaissante.  
Là, Durandal en a pris un coup! Pour donner une chance à la nôtre, je lançais un pont sémantique désespéré entre la bagnole et la muse Grecque de l’histoire,  qu'elle rompit en répliquant:
«-De toutes façons les grecs cé que des pédés et des copieurs en plusse, passque la Clio cé Renault qui la fé».
J’ vous dis pas la déroute de Durandal.
J’ignore s’il y a un rapport avec la bagnole mais ce jour là j’ai connu ma première panne.

4 commentaires:

sable du temps a dit…

Sein-taxe priez pour nous !
Le ramage ne ressemblant pas franchement au plumage, tu es donc resté ... au point mort !!!
ok, je sors.

dusportmaispasque a dit…

Keskéla ma syntaxe?
J'aime bien ce concept du point mort.
A long time ago j'ai opté pour la boîte auto: Stes Valentine, Fêtes des mères, anniversaires, et hop, ça passe en douceur!

cathiminie a dit…

arrêt sur image! Comme quoi les(tes) mots (ou maux) habillent l'image. Et pas toujours de façon seyante. Tu lui as taillé un costard sur mesure en espérant la déshabiller!Merci pour cette note qui m'a bien faite rire! Bisos.

sable du temps a dit…

ta Saint-Axe ? elle m'amuse !
aux boîtes " auto" , moi, je préfère le train d'enfer !!!

Messages les plus consultés

Archives de blog