mardi 21 mai 2013

Mot d'excuse à Célestine

Cadeau de Colo!




Bonjour maîtresse,
Désolé pour mon absence de cette semaine mais j'étais là: http://www.cyclingarchives.com/avfiche.php?avid=4413.
Entre pédaler comme un bourrin et lire Foenkinos, j'ai choisis: j'ai lu son excellent "Souvenirs"en mangeant de la morue.
Pardon et merci!

5 commentaires:

dusportmaispasque a dit…

"Tu n'écris plus," me lance la rose que le temps , cet enculé, fane lentement à mes cotés.
Lui dire que non, je n'écris plus.
Ecrire me renvoie à mes insomnies, mes insomnies à la solitude, la solitude à l'angoisse et non, désolé, aujourd'hui je suis heureux grâce à elle.
La rose:
"-et tu ne cours plus non plus!"poursuit-elle sans me laisser le temps de donner à ce constat une tournure qui ne soit pas trop servile passque merde quand même chuis le dominant dans cette histoire!
L'épine:
"-d'ailleurs tu prends du bide grave!"
- ma cheville.....
- ta cheville coupe-t-elle, elle a bon dos!"
je me tais en piquant du nez vers mon assiette et la bacalao en train de nager dans
l'huile.
Il sera bien temps de menotter et de fesser cette insolente une fois rentré à l'hôtel......

Célestine a dit…

Bon ça ira pour cette fois.
Mais pour ta punition tu me copieras quand même vingt fois: "je ne dois pas aller m'empiffrer de morue en Ibérie en faisant croire que je vais faire du vélo, pendant que Célestine écrit un billet qui fait référence à un de mes billets et que je ne suis même pas là pour accueillir les éventuels visiteurs qui seraient venus consulter l'alphabet, par l'odeur alléchés"

dusportmaispasque a dit…

Pas très sévère maîtresse.
Ils sont venus en masse mais ils sont resté muets.
L'admiration sans doute!
Une autre punition?

Colo a dit…

À pédaler des mollets, je préfère sauter dans un tramway dans des rues en pente qui donnent le vertige, partager le bacalao avec toi et ceci: tu connais Pasión Vega? Une chanson d'amour, belle à pleurer, d'un amour laissé à Lisbonne. Tu aimeras cette voix, la sensibilité, oui, tu aimeras je crois.
http://www.youtube.com/watch?v=xkE6aUFIx6g

dusportmaispasque a dit…

Miracle: je comprends le portugais.
Ah! on me dit dans l'oreillette que c'est une chanson espagnole!
N'empêche, cette ville mérite sa chanson.
La mélancolie des rues perdues qui désiraient la mer, gens qui cheminent et lumière des bateaux qui partent, écouter des chansons qui parlent d'un destin qui ne viendra pas.... saudade, langueur des fados, tristesse du temps qui s'enfuit.
Bon, la tristesse pour moi c'est surtout l'occasion d'une rime riche avec le vocable d'une seule ride en 6 lettres au pluriel et d'une paluche au derche en loucedé.
Merci!

Messages les plus consultés