samedi 20 juillet 2013

Atelier d'écriture.

La matrice:  Asphodèle


Mon texte ci-dessous. Les mots imposés étaient : liberté, sens, découverte, régime, déraison, pantois, hasardeux, obligation, privé, barrière, demeurer, tabou, aventure, inceste (facultatif), rouge et honte, hallucinant, hangar.



 « -Fais tourner le yaourt ! Dis maman. »
Je lampe en loucedé une ultime cuillerée avant de passer le laitage à ma frangine qui le passera à maman en espérant un second tour.
Depuis le départ du daron avec la télé et les meubles on est 3 sur un yaourt. Avantage : on n’est jamais privé de dessert quand la grosse du dessus dépense des fortunes en régime minceur et les yaya ne passent pas par le frigo devenu  inutile depuis qu’EDF nous a coupé le jus.
Alors quand Momo et Lucien sont venus me chercher pour faire un tour en bagnole, j’avoue, j’ai fui !
Bon, Momo, il a pas de bagnole ! Pourtant je suis au volant de sa béhème sans chercher des raisons!
Dans la cité Momo l’hasardeux, il est du genre à sauter la barrière derrière le hangar du mécano à la découverte des joies automobiles.
« -tiens, range la caisse j’vais faire un retrait ! » 
Sa carte bleue doit avoir la même origine que sa bagnole, et il doit être en rouge à la banque. Nez en moins et par manque de flair je me suis garé devant le CréMu avec beaucoup de déraison et pas mal de folies si je comptabilise les désordres  de cette histoire.
« -laisse tourner le moteur, on en a  pour une minute ! »
Là, j’ai senti l’aventure foireuse et une question supplémentaire  s’empilât à la porte fermée de mon intelligence quand j’aperçus les fils du contacteur de la bagnole pendouillants sous la colonne de direction tandis que Momo et Lucien enfilaient une cagoule puis entraient dans la banque enfouraillés de deux guns sortis de je ne sais où.
Désemparé, pantois devant ce spectacle hallucinant malgré l’alarme qui gueulait je décidais de demeurer devant l’agence fermement convaincu d'obtenir une conversation sans tabou avec mes potes.
Je me suis fait serrer par le commissaire Moulin rentrant du resto avec Julie Lescaut dans la voiture pièce à conviction.
Pendant ce temps, derrière la banque, Momo et Lucien se faisaient la malle sur une mobylette par la sortie des artistes, l’entrée du personnel demeurée ouverte durant leur fric-frac.
Un sentiment de honte m’envahis quand je compris que j’étais juste une diversion dans le plan de Momo et Lucien.
Malgré la session baffes dans le commissariat, j’ai pas lâché le nom de mes « complices » j’ai plutôt insisté sur ma version : j’attendais par hasard devant la banque deux inconnus dans une voiture qui ne m’appartenait pas, préférant passer pour un demeuré que pour une balance.
Chais pas pourquoi : les baffes me rappelaient papa. Comme quoi, dans la mnésie, un truc en plomb se transmute, par l’alchimie du souvenir, en or de la période heureuse où l’on bouffait bien à la maison.
Surtout et sans doute n’avais-je plus envie de partager mon yaourt et marre de n’avoir qu’un bénard du secours catholique pour « faire » l’année scolaire. Là, pour une fois je me sentais "maître de mon destin, capitaine de mon âme". Innocent et emprisonné! Martyr comme Malcom X, Gandhi, Mandela, Eldridge Cleaver, le masque de fer, Lucy Burns.
Et puis c’est quoi la liberté ? Une cage plus ou moins  grande ?
Mon mutisme avait du sens. Moi seul savait que cet"héroïsme" n’était qu’une fuite.
J’ai pris sept ans !
J’allais faire mes universités chez les durs en payant le ticket d’entrée des malfrats, avec, à la sortie, le prix décerné grâce à l’obligation de l’omerta. C’est sûr : Bac + 7 en poche, j’allais trouver du boulot comme convoyeur de fonds, me manquait plus que le permis de conduire. N'avais-je pas payé cash et d'avance les méfaits que j'allais commettre.

En "zonzon ", c’est sûr,  on bouffe plus qu’à la maison !
Ce qui m’a le plus gêné, c’est la sodomie de bienvenu.

4 commentaires:

Célestine a dit…

La sodomie de bienvenue, c'est pas un peu clichouille, ça?
Sinon, bravo, beau placement des mots imposés. Après une enfance de m....et des débuts sur les chapeaux de roue, une carrière littéraire s'ouvre a toi, j'en suis persuadée.

dusportmaispasque a dit…

C'est vrai, mais il me fallait une chute.

Célestine a dit…

Une chute de reins en l'occurrence...
Dis donc, ton blog est vraiment difficile d'accès, une vraie usine a gaz...tu n'as pas envie de revenir au modèle sans " affichage dynamique" ? Je dis ça, je dis rien...

dusportmaispasque a dit…

l'affichage dynamique me fait passer de 300 visites/jours sans rien publier et entre 5 et 600 quand je pond un truc de 3 lignes.
Avec l 'affichage simple je descend à 50-60 visites/jour.
Ma vanité en prends un coup.
Mais tu as raison je préfère la qualité.
Voilà qui est fait!

Messages les plus consultés

Archives de blog