mardi 16 août 2016

L'employée du Moi (Rupture(S)























Les gares modernes ressemblent à des tunnels tandis que la vieille gare Saint Jean a conservé l'immense structure métallique du temps où il fallait du volume pour dissiper les fumées des motrices à charbon des " Bêtes humaines" de Zola.
L'immensité, inutile depuis l'interdiction de fumer, est désormais à la dimension des joies savoureuses de l'arrivée et à la douleur contenue du départ.



Il a quitté le quai de la gare sans se retourner.
Elle aussi sans doute.
D'un pas pressé de s'éloigner il rejoint la rue Eugène Delacroix à l'angle de la rue Fieffé. La petite voiture noire est bien là, comme un refuge mais sans la passagère de tout à l'heure.
"-Tiens, on m'a piqué le volant" constate-t-il.
Il lui faudra quelques secondes pour réaliser qu'il a ouvert inutilement la porte passager et s’est installé à la place du mort.
Les gestes lents, il tourne la clé pour retrouver la compagnie ronronnante du moteur tandis que le sien double de volume dans cette cage thoracique si bien nommée.
Il s'agite, il résiste, il tambourine encore un peu comme ça pour un zeste de noblesse puis, de systole en diastole, cesse de battre la chamade et passe la main à sa seconde fonction utilitaire qui a la mission  de faire tourner la boutique.
La prison, avec ses barreaux de cotes, est bien verrouillée chez les gens raisonnables.
Le cœur ne s'envolera pas pour se tromper de vie confirmant, comme s'il le fallait encore, ce que l'état adulte comporte de renoncement.
La donne n'est pas nouvelle pourtant, il faut encore et sans cesse combattre ce romantisme puéril entre l'enfance volée et l'adolescence confuse pour que le coeur d'enfant entre, vaille que vaille, dans la cour des grands avec chevillé au corps le sentiment d'abandon, le sacrifice contre nature de s'auto expurger de l'essence du sentiment.
Dévasté de douleur de la cave au grenier, il récite à voie haute l'enchaînement des taches qu'il reste à accomplir, plein de rêves trop grands et de larmes interdites. Les chaos de la route et du réalisme le meurtrissent à chaque secondes jalonnant l'abîme avec cette trouille de funambule qui ne le quitte pas sur le fil du rasoir de son itinéraire d'enfant gâteux.
Elle, c'est cette rencontre internet, qui s'éloigne doucement comme un soleil de Décembre fond lentement dans l'atlantique.
Une rencontre sans avenir, une  des belles passantes, celles qui ne restent pas.
 Elle avait, dans l'ovale délicat de son visage sans l'altération de l'attrition, le sourire discret de l'apaisement d'avoir traversé sans dommages la zone d'inquiétude des dernières heures avant celle de la quiétude bienheureuse des retrouvailles familiales. Elle s'en alla heureuse et lègère vers l'obsolescence programmée de cette parenthèse enchantée et son mari alternatif.

Plus tard, il sut que la ménagère de moins de 50 ans était une sérial qui leurre, 
et qu'il fut d'elle, l'élu du lit, l’employé du mois.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés