lundi 8 août 2016

Rupture(S)






"Trop de colère dans ma tristesse; c'est peut être plus sain, va savoir. Peut être un espoir de vivace là-dedans. Une colère, c'est une sortie; autant y voir une issue. J'ai peur quand c'est la tristesse qui gagne, je ne sais pas vraiment pourquoi. Je n'en reviens pas de la brutalité des choses. Encore. Comment peut-on se tromper jusqu'à se demander à quel point je t'invente. Ou bien combien tu m'as roulée dans la farine jusqu'à l'os. Que ce soit parce que je suis profondément limitée, après tout, c'est possible. C'est selon. Une histoire de point de vue. La faute à quoi, perso, je m'en fous juste totalement puisque le résultat est le même. Une chape d'oppression, des mots qui débordent de la cuvette avec bâtard et salaud en leit motiv idiot. Des mots que je ne dis jamais, je me contente de les écrire. Je n'ai jamais écrit qu'avec mon ventre, ma tête au grand complet, trop pleine pour élaborer. Un écrit digestif, en somme. Ce qui tue tout espoir, c'est que j'ai jamais su expliquer quoique ce soit du cœur, et j'ai jamais su dialoguer. Je suis une sorte de mammifère, ruminant pour parfaire le tableau. J'ai trop besoin de l'évidence. L'idée qu'il faille un plaidoyer pour être comprise, lever la main droite pour être entendue, argumenter pour culpabiliser, ça me rend parfaitement silencieuse. C'est dire si je suis fatiguée. C'est dire si c'est foutu pour ma gueule. Si je fais appel, je bêle et je rejoins le troupeau. Une histoire d'orgueil mal placée; la fierté de rester du côté de la vache. Le pire, c'est que je ne supporte pas plus la main tendue bien niaise, les coups d'éponge à la volée: je flaire l'entourloupe, le "ta gueule" implicite un peu comme les lapins sentent le renard. Un réflexe archaïque d'animal qui me fait tout rétracter. Bâtard de machiavel. Salaud de bourreau. Le pire, c'est juste que je ne supporte rien. Il me reste pas beaucoup de marge de manœuvre quand je suis au pied du mur de mes limites et de ta connerie (et vice et versa). Je m'isole, et c'est mieux pour tout le monde. Je n'ai rien à dire, tout à gueuler. Je bois trop de café, une illusion de vigilance. Je plante crânement mon bonnet. Et je suis la première étonnée quand je pleure; une flaque de pluie qui fait miroir, un hérisson écrasé, la victoire de la droite et me voilà à chialer. J'étais plus forte avant. Pourtant, j'avais tellement peur. Quelque chose a ployé, un truc s'est affaissé. C'est dingue ce que j'ai changé. Je me sens stupide et douloureuse comme une rage de dents. J'attends qu'on me regrette, j'attends que l'on se barre, enfin. Deux putains de contradictions à rajouter à mon palmarès de névrosée. J'attends de toi et c'est ça qui me ruine. Je suis crédule quant à notre unité et je sais bien que je me leurre, que c'est moi la seule vivante là dedans. J'ai des preuves. Et ca sera comme d'habitude, la lassitude de tenir bon, ce désintérêt pour ma propre carcasse qui fait que je finis toujours par me trouver sordide de tant me souvenir, l'absence de corps. Ce n'est pas tant le sexe qui me manque, mais j'ai rien trouvé de mieux pour me sentir exister. Et puis cette tranquillité que j'espère, ce besoin primate d'être rassurée, et ce machin qui fout tout le temps tout en l'air: ma foi en ton humanité."
http://desordonnee.blogspirit.com/archive/2010/02/22/jour-de-merde.html

5 commentaires:

Célestine ☆ a dit…

Tu sais quoi ? Je crois qu'elle t'aime ^^

¸¸.•*¨*• ☆

Serge Pradoux a dit…

ça peut se comprendre

Célestine ☆ a dit…

Lol ^^

Mrs K a dit…

Oh ! merde ! oh ! merde !
Mais c'est juste moi qui aurait pu écrire ça, ce même jour de ce même été.
Bien sur qu'elle t'aime, elle te le dit à tous ses mots.
Moi je vais digérer ça dans mon coin, c'est tellement fort que ça me remue trop.

Serge Pradoux a dit…

Te fais pas mal Marijo.

Messages les plus consultés

Archives de blog