samedi 10 septembre 2016

5) où le vazaha reprend la lumière

Nouvelles du vazaha, chapitre 5
Salama ! Je ne pouvais pas rester sur un pamphlet aussi négatif, fallait bien que je continue à vous faire voyager un peu. Alors me revoilà !
La saison touristique est lancée a Morondava. Maintenant, les blancs que je croise en quad sont accompagnés d'une petite bombasse de 20 piges. Vous voyez ce que je veux dire ?... L'économie reprend son cours !
La ville vie bien, le business fonctionne, les coupures d'électricité sont plus fréquentes (+ de monde). Mais comme dit le grand Charles: "il me semble que la misère, paraît moins pénible au soleil". Je confirme. Sauf qu'ici, ce n'est pas spécialement la misère. Morondava, c'est comme Lacanau, une petite station balnéaire, à part qu'ils sont noirs !
Les petits lézards d'ici sont marrants: ils font un bruit d'oiseau. Y en a partout et il paraît que s'ils te tombent dans les cheveux, pas d'autre solution que de tout couper. Sympa !
Je me suis adapté à mon "inconfort". Pas d'eau chaude ? Tous les matins, je mets mon seau au soleil pendant 1 heure ou 2 et c'est réglé. Trop de déchets ? Je brûle les miens. Je ne sais pas si c'est bon pour la taxation carbone de Mada mais bon, c'est plus propre en tout cas. 
Rouler en moto ici : j'avais dit que c'était relativement discipliné sauf qu'en fait y a une règle: c'est le + gros qui passe ! En clair, un vélo est prioritaire sur un piéton mais doit laisser passer la moto, qui elle laisse passer le bajaj, après que le 4x4 se soit imposé, mais avant que le camion ai fait sa manœuvre car c'est le plus gros de tous !!!! Tu me suis Bobby Wan Kénoby ? Et si tu prend le risque de klaxonner le batard qui t'as coupé la route en 4x4, il risque de te mettre un coup de volant devant ta gueule, tel un barbu sauvage ... Bref, faut faire gaffe quoi. Surtout que je mets pas de casque ici. Alors pour éviter les risques, je prends au max les pistes sablonneuses. Sinon, quand j'habitais à Cenon city et que je traçais avec l'ami Ben Gallinié, on avait des barbelés dans la poche pour semer la racaille mal intentionnée: une idée que je pourrai peut être exporter...
Avec la chaleur, les tenues sont courtes et les filles sont jolies. Mais les jolies filles au bord de la route, c'est comme la carte du Resto: tu regarde mais tu ne lèche pas, ça fait désordre !
Et pour finir, j'ai récupéré mon iPhone. Un gars l'avait ramassé mais lorsque j'avais fait appeler Nelly pour être sûr qu'il comprenne (en malgache), il ne voulait pas me le rendre. Il était verrouillé à distance donc quand il a vu qu'il ne pouvait rien faire (merci Apple), il m'a recontacté et a essayé de prendre un gros billet. J'aurai bien voulu lui dire d'aller se flageller la couille de gauche avec des orties sauvages, mais il n'aurait pas compris ! ( non ça c'est cadeau, j'avais envie de la placer quelque part...). Le pire, c'est qu'il était soutenu par un général qui parlait très bien français. J'ai expliqué au général que ce n'était pas une question d'argent mais une question de principe: à partir du moment où le gars a trouvé l'IPhone mais n'a pas voulu me le rendre, je considère que c'est du vol. Et moi je ne paie pas un voleur. J'ai expliqué que je ne voulais pas participer à ce système corruptif et que je ne voulais pas inciter au vol. Au final, j'ai quand même payé, mais l'arrangement est correct (l'équivalent d'une dizaine d'euros). J'ai réussi à placer mon message, j'estime que c'est une petite victoire. Et j'avoue que lorsque j'ai dit que j'avais un tonton général, ça a bien calmé les choses aussi. J'espère ne pas me faire voler et pour l'instant je n'ai pas eu de problème d'insécurité, pourvu que ça dure car il a fallu que j'élève un peu la voix, j'aime pas ça...
Ca y est, c'est fini !

Veloma

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés

Archives de blog