vendredi 9 septembre 2016

4) La peur de rester, le courage de partir


Aventures d'un vazaha, chapitre 4: retour à la mère patrie
Encore une fois, texte très long. Mais comme je ne peux pas expliquer Madagascar en quelques mots, désolé mais cette fois je ne vais pas vous faire voyager. Mon approche est différente, je voudrais faire partager mon sentiment et expliquer les raisons de mon départ. Car d’être rentré quelques jours me fait prendre conscience que j’avais besoin de bien plus que de soleil…
Alors, coup de gueule sur la situation en France ! Sachant que je n'ai pas les mêmes opinions politiques que la plupart d'entre vous, je préfère prévenir plutôt que susciter des débats interminables. Mais comme j'aime encore mon pays, j'ai besoin de le dire. Et si tu réfléchis bien, on peut plus faire grand chose. Mada me fait prendre conscience à quel point notre liberté s'est dégradée.
Exemples:
- tu pars de Mada, tu fumes ou tu veux. T'arrives à l'aéroport de Paris, tu dois t'enfermer dans un bocal de 20 m2 avec 30 gars pour fumer ta clope. La France, c'est le pays des libertés, non ? Et ils ont moins de cancer du poumon que chez nous ! Y a moins de cancer tout court d'ailleurs, alors qu'en France, c'est la 1ère cause de mortalité, avec les maladies cardiovasculaires. Maladies dues au stress et à la malbouffe…
- L'autre jour à l'apéro, j'ai parlé de nos alcotests et de l'amende qui allait avec, si tu te faisais gaulé. Ils ont halluciné. Alors je réponds qu'il y a eu grâce à ça d'énorme progrès en sécurité routière, que cette restriction a sauvé des vies, ce que je pense vraiment. Sauf qu'après réflexion, 0,5 grammes, c'est vraiment pas beaucoup quand même...
- Si je me fais choper à 200 sur l'autoroute, 2 fois dans l'année, je me retrouve en zonzon avec des braqueurs d'épicerie. On va me dire que je suis un danger pour la société, que je suis un assassin potentiel. Sauf qu'objectivement, je sais que je suis moins dangereux à 200 sur une autoroute que le connard qui va tourner à gauche sans clignotant parce qu'il est au téléphone avec sa pouf.
- Si je loue ma baraque à quelqu'un qui paie pas son loyer, je vais mettre 2 ans à le virer de chez moi... Normalement, si ton locataire te paie pas, tu le dégages à coup de pied dans le cul. Et si tu lui met une branlée, on devrait pas te foutre un procès au cul pour avoir voulu récupérer ton bien...
- Si je veux faire un feu à la Vache morte, faut être sûr qu'il n'y ai pas d'hélico qui passe dans la nuit, sinon la chipo grillée sur le "barbecue-jante" de Banner va me revenir cher.
- Au boulot, si j'embauche et que mon employé ne branle plus rien après sa période d'essai, faut que je sois sûr de trouver la bonne astuce pour le virer, sinon prud'hommes garantis.
Certes, si il y tant de règles, c'est parce qu'il y a des connards qui ont fait n'importe quoi, qu'il a fallu réglementer. Mais pourquoi la "connaritude" est elle si répandue ? Nous sommes bien un pays civilisé que je sache, nous sommes censés savoir bien nous comporter sans forcément avoir besoin de toutes ces restrictions. Comprends pas ...
Bref, plein de petites choses dont je me rends compte. Certes, à Madagascar c'est l'anarchie. Mais y a pas tant d'accidents de la route que ça, proportionnellement à la population. Il n’y a presque pas de maladies à la con, que des choses virales, dues au climat…
Si tu veux bosser, tu bosses. Si tu veux pas, tu bosse pas. Tu n'auras pas de ronds, pas comme la plupart des RMIstes qui sont des branlemuches et qui préfèrent se payer une 8/6 au lieu de nourrir son drôle avec les 400 balles que l’Etat lui donne, après les avoir pris sur les salaires de ceux qui bossent (allocations « familiales »). D'ailleurs on devrait supprimer certaines aides sociales, ça motiverai les gens à se bouger le cul ! Et pourtant oui, je suis socialiste. Mais dans le sens communiste du terme, à savoir le VRAI partage des richesses, à bon escient…A Madagascar, il y a de la corruption. Mais finalement, en France aussi. La différence, c’est qu’elle est plus vicieuse qu’ici, car l’argent est prélevé à la source, pas le choix…
Pour finir, à l'aéroport : tu pars de Tana, ils sont tous noirs, t'es un des seuls blancs. Facile pour jouer à « qui est Charlie ? ». Tu arrives à Paris, t'as des blancs, t'as des noirs, t'as des gris, t'as des marrons, t'as des jaunes… perso, je suis pour la mixité et je trouve ça plutôt beau quand j'arrive. Sauf que la mixité d'aujourd'hui n'est pas acceptée. Un rebeu reste un rebeu, même s'il a sa carte d'identité française. Quelle idée ont ils eu aussi de se faire péter la gueule dans nos stades ces connards ??!!! Mais à la base, la terre appartient à tout le monde, donc pour moi un pays riche dois partager sa richesse et accueillir la misère du monde, plutôt que de la partager avec des assistés, et oui ! Oh la levée de boucliers, combien j'en connais qui ne sont pas d'accord avec moi ! Mais désolé les amis, n'oublions pas la chance que nous avons eu de naître ici. Je dis bien la chance, car personne ne choisit d'où il vient...
Car comme dirait l’ami Maxime : « On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille, on choisit pas non plus les trottoirs de Manille, de Paris ou d’Alger pour apprendre à marcher…Etre né quelque part, pour celui qui est né c’est toujours un hasard. Je suis né quelque part, laissez moi ce repère, ou je perds la mémoire ... Est-ce que les gens naissent égaux en droit, à l’endroit où ils naissent ? »
Donc faut trouver un juste milieu sur les règles à imposer, mais ayez conscience de la force d’être nés en France et faites en sortes qu’on ne soit plus obligés de nous imposer les choses. S’il y a du 49/3 pour imposer une loi travail, c’est parce que les gens ne comprennent pas que le monde est pauvre et que la France est trop assistée, garde trop pour sa gueule. Et donc je me répète, si je dis tout ça c'est justement parce que j'aime mon pays. La France restera toujours mon pays de cœur. Alors gardez en conscience la chance que vous avez d’être français.
Un jour, mon frère m'a dit que nous n'étions plus libres. Je lui ai répondu que c'était faux, qu'on avait toujours le choix. Finalement, je reconnais que notre liberté se limite à une soi disant légalité imposée et à nos moyens (financiers j’entend), mais qu'il y a de moins en moins de choses légales à faire et de moins en moins de moyens. C'est sur qu'on a rien à voir avec la Chine ou la Russie, mais en Malgachie j'ouvre les yeux sur pas mal de choses. Alors oui il faut de l'ordre, mais un peu d'anarchie, quand même ça fait du bien ! C'est mon côté rebelle qui me fait dire ça !
La politique, par exemple, reflète bien la contradiction et le malaise français : il y a, dans toutes les familles, dans tous les groupes d’amis, des engueulades à cause de la politique. Pourtant, une chose est sure et indiscutable : on l’a tous bien profond !!! Alors gardons cette liberté de choisir notre destin. Oui je sais, je suis moralisateur. Mais comme je suis loin et absent pour longtemps, j’en profite. N’en déplaise à certain.
On a la liberté de faire ce qu’on veut de notre cul, c’est pour ça que je suis parti. Alors rejoignez-moi vers des terres plus saines ! Je dis ça car beaucoup n’ont pas vraiment compris pourquoi j’étais rentré en France : c’était pour renouveler mon visa, c'est-à-dire pour rester le + longtemps possible à Mada. Même mon autre frère, quand il m’a amené à l’aéroport, savait ce que j’étais venu faire mais pourtant était surpris de voir toutes les choses que je ramenais avec moi. Il m’a dit « mais comment vas-tu faire pour tout ramener en France ? ». Mais pourtant je le confirme, peut être que je m’enflamme et qu’il est un peu tôt pour dire ça, mais mon avenir ne semble pas être en France ! Quand je reviens, je suis juste content de vous voir et de faire de la mobylette, mais il me tardait de revenir ici. Le confort matériel ne me manque vraiment pas et j’ai la chance d’être en bonne santé alors si je reviens vivre en France, ce sera vraiment s’il m’arrive quelque chose de grave. En parlant de confort matériel d’ailleurs, ici, tu peux tout acheter à l'unité: une clope, une dose de shampooing, un doliprane... Pas bête, ça pourrai réguler la consommation de masse à l'européenne ! Il n’y pas de pub pendant la mi temps des matchs, donc ton gamin ne risque pas de te demander de lui acheter le dernier Iphone, que tu vas payer en 4 fois pour pas te mettre dans la merde financièrement. Alors oui je me suis acheté un Iphone en France. Mais je justifie car ça me permet de rester en contact avec vous et surtout de continuer à bosser. Car oui, j’ai besoin de garder un travail en France, pour ma retraite, ma sécurité sociale… les choses que nous sommes un des seuls pays au monde à avoir, encore faut il en avoir conscience. Pour le reste, ce soi disant confort… Quand tu n’as rien, tu t’aperçois qu’en fait tu n’as pas besoin de grand-chose, juste l’essentiel : rester en vie et en bonne santé ! Et ça, ça suffit à mon bonheur.
Je suis fier d’être français et j’en garde les avantages. Je vais continuer à payer mes impôts en France et à engraisser ma caisse de retraite car j’ai conscience de la chance que j’ai. Alors que je pourrai très bien déduire pas mal d’impôts et même gratter le RMI, lequel me permettrai de vivre très correctement ici. Mais je choisi le partage, je dépense mon pognon là où il y en a vraiment besoin. Tant pis s’il y a des profiteurs. Je dirai même : qu’ils en profitent ! Car je sais que moi, tant que je suis debout, j’aurai toujours la possibilité de me refaire la cerise si je suis obligé de rentrer en France, j’en ai conscience. Mais j’espère vraiment pouvoir rester ici le plus longtemps possible. Je m’achète ma liberté, celle qui consiste à faire ce que je veux, donc je quitte physiquement la France et ses règles, pour n’en garder que le meilleur.
Voila, ca c’est dit…
En tout cas ça m'a fait plaisir de voir vos faces de crapule ! Heureusement que je suis bien entouré quand je rentre en France. Tout le monde ne sera pas d'accord avec moi, encore heureux d'ailleurs. C’est ce qu’on appelle la liberté d’expression. Mais mes amis et certains de ma famille, je sais que vous avez de vrais valeurs. Heureusement que je vous ai, vous m'avez manqué quand même ! Je fais juste un constat et comme j'aime bien écrire, beh je me défoule. Mais rassurez vous, j’ai fait le tour, maintenant je n’écrirai plus autant. J’enverrai essentiellement des photos pour montrer que je suis encore là…

Alors comme on dit ici : masotoa ! C'est-à-dire bonne continuation et bon courage !

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés

Archives de blog