mercredi 20 décembre 2017

Départ. Le chagrin des ...


   J'ai secoué tous les pruniers, soulevé chaque pierre, franchi des lignes blanches, roulé à contre sens ...
...Je n’emporterai rien, pas un jardin, pas un crépuscule, pas un sourire, incapable désormais d’aimer un quartier, un chien, une femme, je ne vois que mon ombre sur un mur.
   Il faut se méfier de ce que l’on désire et les mots sont des chiens enragés : ils vous précipitent dans le labyrinthe. Sont-ils une issue ?
   L’erreur fut de chercher un sens à tout ça. Compiler les événements, relier certains d’entre eux qui n’ont pas de lien et qui pourtant formaient un ensemble."
Rupture(s) Bacalan 2017

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés

Archives de blog