dimanche 25 février 2018

Obsédé textuel

Lettre à: (emplacement à louer)

Amoureux des mots, des textes sombres à l'humour désabusé, parfois facile. Cynique, naïf consentant ou lucide complaisant, érotomane juste avant l'obsession, chez lui le goût de la perfection domine l'action, l'inhibe parfois, l'éteint quelquefois, la stimule rarement et tantôt l'inspire.

A la recherche de la perfection, sa procrastination est pathologique. Pourtant, remettre au lendemain est le temps nécessaire à la collecte, et quand les paramètres de la réussite sont réunis, l’action, polluée par le doute, ne suit pas toujours sa pensée.

Curieux désordonné, stakhanoviste paresseux, intermittent de l'effort, il a l'oxymore maladroit et l'éclectisme persistant. Enclin au mauvais goût et exclu du succès, il est sublime dans l'erreur. Son humour est pesant ou indécent, sa syntaxe approximative et son orthographe hésitante. L'herméneutique révélerait la pauvreté du vocabulaire, mais qui s'en souciera?

Derrière l'apparente volonté se dissimule l'obsession et sous le langage, la stratégie. Le courage n'est qu'imprudence, l'enthousiasme, impatience et l'ambition, démesure et arrogance.

De désordres inoffensifs en indignations passagères, parfois animé d'un soupçon de cohérence jusqu'à vouloir transformer le hasard en destin. Pourtant IL n'est qu'une promesse!

Voilà! Habillé pour l'hiver l'Excessif et ses semblables.

Une fois séparé le bon grain de l'ivraie, seules resteront les plus persistantes: n'est-ce pas chez nos compagnes fendues que l'on trouve en quantité, le courage et la constance?

A vous lire!

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés

Archives de blog