dimanche 8 juillet 2018

La norme


Eh oui l'ami nous avons les mêmes tendances après la fesse euh la messe du dimanche, on pédale.
Je n’étais pas parti pour 25 bornes comme toi et j’avais troqué l’uniforme Tour de France/moule bite pour un bermuda, une chemisette et des Five Fingers puisque j’ai abandonné les cales auto depuis belle luronne et que je voulais être dans la norme. Tu vois ce que je veux dire ? Poli au milieu des impolis et le mutisme répondant à tes bonjours t’a foutu les boules.
Cycliste au milieu des piétons du dimanche qui privatisent leur "ici" et leur "maintenant" sur la piste, moi aussi je dérange.
J’en vois deux sur ma trajectoire (Tu vois : MA trajectoire alors que la piste est à tous le monde y compris à ceux qui marchent de front) Les mecs zigzaguent un peu et j’accroche, involontairement j’te jure, un baluchon d’un coup d’épaule. J’entends le mec aboyer dans mon dos. Coup de patin, demi tour en dérapage genre motivé alors que ce n’était pas mon cerveau qui gérait le truc (je l’amène rarement quand je suis à bécane).
Merde ! ce sont des frères, pas de 8/6 mais de SDFitude, crados, fringues dans un Caddy et bourré à deux heures de l’aprém’. Le mec ne s’aperçoit pas que suis petit et vieux, il me classe à tort dans les dangereux. Il s’excuse direct en me vouvoyant pendant que son copain calcule déjà la bière de son pote comme si ce dernier était déjà mort. Je continue mon approche en le tutoyant. Eh merde ! Je rechute dans mon coté obscur de gros con. En même temps, c’est lui qui a brisé la glace en me traitant d’enQlé. Je fais un demi cercle à vélo autour de lui en reprenant le vouvoiement pour dire : "Non, monsieur, c’est à moi de m’excuser je vous ai bousculé".( Pas con ça, la manœuvre d'encerclement)
Primun non nocere et je suis revenu dans les principes que j’ai du mal à respecter : n’humilier et ne nuire à personne avec mon caractère d’écorché vif. Les mecs étaient sciés, je me suis cassé sans attendre la monnaie
Tout le monde a peur ! Dés qu’un comportement sort de la norme et c’est le groupe qui a raison. Toujours!
Ici, un petit vieux à vélo qui fait demi-tour face à deux jeunes mecs bourrés, ça déstabilise. Pas longtemps : si je n’avais pas enchaîné in petto mon dérapage, l’agression du gravier qui giclait sous mes roues et mon tutoiement familier sur des cerveaux embrumés, je n’aurais pas fait illusion longtemps. En allant au devant du "danger"je n’étais plus un mec qui cherchait le fight parce qu’on l’avait insulté mais un gonze poli qui faisait des excuses à domicile à deux sans adresse. Parce que, en sus de la conscience d’être dans la vulnérabilité de la marge, mes rouyas de misère ont perdu l’estime de soi depuis belle lurette. Alors oui, comme le supporter de foot qui gueule "on a gagnéééé" sous ma fenêtre à deux heures du matin trouverait complètement incivique avec raison, si je gueulais sous la sienne quand j’embauche à quatre heures car je ne serais pas dans SA norme !
Que fait ce con à vélo quand je suis pressé et en bagnole ? Que fait ce con en bagnole quand je me balade à vélo ?
Mon caca à moi il sent bon, les autres c’est l’enfer (Sartre l’a dit mais à l’envers)

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés

Archives de blog